AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Bas les masques ~ (PV Vizards)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

 :: Constance :: Le Monde Terrestre :: Asie :: Japon :: Karakura :: Planque des Vizards
MessageSujet: Bas les masques ~ (PV Vizards) Jeu 5 Mai - 17:11
Bas les masques
ft Vizards

« Faudrait qu’on passe voir les autres Nao. »

Un nuage de fumée s’échappa de sa bouche tandis qu’il posait le regard sur la rue un peu plus bas. Shinobu porta la cigarette une nouvelle fois à ses lèvres en balançant ostensiblement ses jambes dans le vide. Assis sur le bord du toit d’un building, il observait tranquillement la vie des hommes du monde réel. Lui aussi avait fait partie de cette masse bourdonnante qui pullulait un peu partout sur cette planète. Il n’avait aucun souvenir de cette existence, mais une chose était certaine, elle ne valait certainement pas celle-ci.

Le Vizard était cependant bien moins serein que les insouciants humains. La simple présence des Hollows dans cette ville, lui rappelait qu’il se tramait quelque chose au Hueco Mundo depuis près de 200 ans. Il n’avait pas la moindre information là-dessus, mais son expérience à Las Noches lui avait donné la certitude que le Roi de l’Outre-Monde s’adonnait à de sombres desseins. Ho, il ne fallait pas être très malin pour s’en douter, tant qu’il y avait un leader pour rassembler les forces du monde creux, celui des humains était menacé.   Mais les quelques années passées à espionner les exactions de Soso Motoku lui avait appris que ses projets étaient sans précédents.

Il avait faillit mourir pour atteindre cette conviction. Depuis, il avait vécu dans l’angoisse de voir débarquer la plus grande armée d’esprits maléfiques que le Seigneur de Las Noches ait pu rassembler. Même le Gotei 13 pouvait disparaître dans un tel cas de figure. L’équilibre entre les mondes en serait irrémédiablement bouleversé et le soit des Vizards comme des Shinigamis aurait été scellé. La plus grande tuerie de masse de l’histoire du monde des esprits pouvait très bien commencer dès demain. Et il était une des rares personnes à en être conscient.

« Ils pourraient pas plutôt passer chez nous ? »

« Fais pas ta feignasse, tant qu’à être en ville autant faire un tour à la planque de Maeda. »

« Dans le fond ça me dérange pas, mais j'en profiterais pour prendre des mochis. »

« Des fois je me demande si c’est pas plutôt dans ton estomac qu’il y a un Hollow… »

« Des fois, je me demande si c'est pas comme ça que je le contrôle. »

Shinobu soupira avant de se redresser. Il se demandait parfois comment cet énergumène avait pu devenir capitaine de la 3ème division. Et surtout comment il arrivait à supporter son inconséquence. Rien n’avait d’importance pour Naoki Sano, si ce n’est les siestes à l’ombre d’un cerisier et la cuisine japonaise. Les deux hommes n’avait définitivement pas le même caractère, la complicité qu’ils entretenaient tenait réellement du miracle. C’était surtout l’adversité qui avait renforcé leurs liens, deux siècles passés à vivre dans le monde réel les avait grandement rapproché malgré leurs différences.

~

« T’étais obligé de dévaliser le magasin ? »

« Tu préférerais que je repasse plus tard ? »

« Ton cas est désespéré… »

Les mains prises par des sacs plastiques remplis de courses, les deux compères avancèrent jusqu’au centre du repère. Maeda avait élu domicile dans un lieu discret mais suffisamment grand pour accueillir chaque Vizard. Fidèle à sa réputation de génie, c’était l’endroit parfait pour cacher les parjures du Seireitei.

« Au moins, on a de quoi grignoter en attendant de croiser les autres… »


avatar

Energie Spirituelle
Lettre: G
Pouvoir: Homura
Inventaire:
Ancien vice-capitaine de la 3ème division
Ancien vice-capitaine de la 3ème division
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 39
Date d'inscription : 12/04/2016
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: http://img15.hostingpics.net/pics/400741Shinobuna.png Ven 6 Mai - 1:51

Bas les reins



Armed With Death by The Walking Dead Game on Grooveshark



« Faudrait qu’on aille manger Naoki-sama-senpai-san »Entendit l’ancien Capitaine.

En tout cas, c’est ce qu’il aurait bien aimé que son camarade lui dise, plutôt qu’une broutille à propos des autres Vizards. Oh, bien sûr ça ne le dérangeait pas le moins du monde de les voir ! Non, non, il les aimait bien, c’était sa nouvelle famille et tout le toutim. Par contre, impossible de se rappeler la dernière fois qu’ils avaient daigné se bouger, eux. Incroyable ! Karakura n’était certes pas dénuée de charme, mais ça ne voulait pas pour autant dire que tout le monde voulait se terrer au cœur de la ville, non ? Rêveur, Naoki se fit remettre à l’ordre par Hekireki et entreprit de répondre à celui qu’il avait du mal à ne plus voir comme second, son bras droit, malgré tout le temps passé à ses côtés sur un pied de quasi-égalité. Il y avait toujours quelque chose qui semblait les tenir à une respectable distance…Des fois, Naoki se demandait si cela pouvait être dû de leur éducation diamétralement opposée ou peut-être au fait que Shinobu ait connu la vie humaine, aussi vague son souvenir puisse-t-il en être ? Non, au final c’était simplement à cause de leurs tempéraments contraires dans la vie de tous les jours, même si c’était également ce qui faisait d’eux une équipe aussi efficace. Quand Shinobu perdait son calme, son camarade était là pour rationaliser et quand Naoki refusait de se bouger le train, il pouvait toujours compter sur son ami pour lui foutre un bon coup de botte dedans. Malgré tout, peu importe leurs défauts, ils savaient l’un comme l’autre qu’ils pouvaient se faire confiance, ce qui était une qualité rare de nos jours. De plus, peu importe les conneries qu’il pouvait déblatérer et la fainéantise qu’il s’évertuait à exercer en toute occasion, le rouquin ne semblait jamais lui en tenir réellement rigueur et continuait de le supporter en dépit de son oisiveté tant que cela restait raisonnable. Que demander de plus ? Une fois leur discussion terminée, le flegmatique morfale s’engouffra seul dans le premier Konbini qui eut l’audace de se mettre en travers de son chemin dont l’enseigne indiquait qu’ils avaient du tabac .  Une fois dans l’entrée, il examina les étalages avec un sourire de conquérant sur le visage. D’un pas décidé, il pénétra le magasin. L’ardeur de ses pas faisant froid dans le dos à tout boutiquier qui se respectait. Dans le milieu antique des supérettes, Naoki était à la fois une terreur et un messie.

-A nous deux, Konbini !

Il éplucha alors tous les rayons un à un et parmi ceux qui contenaient de la nourriture ou de la boisson, il n’en passa pas un sans y sélectionner quelques articles, ses bras se trouvant vite remplis de sachets aux contenus divers. Comme à son habitude porté par son extrême bonté, il pensa même à faire des détours dans ses itinéraires pour son rabat-joie de comparse, choisissant selon les goûts qu'il lui connaissait différents types de ramens, boissons et autres paquets des cigarettes qu’il s’envoyait tranquillement à longueur de temps. Etant donné qu’il était un vétéran des courses alimentaires et qu’il n’aimait pas perdre son temps, son passage en caisse dura presque le double du temps qu’il prit pour faire le tour du magasin. Pendant ce temps, il s’engouffra un mochi dans le gosier, prenant dans la pile de ceux qu’il avait déjà passé. Peut-être prenait-il réellement le dessus sur son Hollow intérieur grâce au bafrage, peut-être l’attendrissait-il à l’aide de douces gâteries sucrées et que cela l’avait adouci. Peut-être aussi qu’un jour, la paix régnerait sur Terre et Au-Delà et que les catastrophes naturelles se changeraient en avalanches de câlins aussi, hein ! En tout cas, l’idée l’avait fait bien rire et lui permit de tenir le coup pendant que le caissier (visiblement tout récemment employé, ni très habile ni très organisé et dont le visage virait progressivement au bleu) empilait inlassablement les produits les uns sur les autres, les voyant rapidement disparaître dans des sachets que le client se chargea comme si il était une mule avant de disparaître par la porte de sortie en un souffle. Chrono en main, le caissier n’en croyait pas ses yeux. Poussant un long soupir, il se permit enfin de respirer en se laissant retomber sur sa chaise. Oh, il avait bien dû entendre des rumeurs, mais voir le « Konbini no Fujin » en personne aurait été le sujet en or pour briller dans les discussions mondaines. Si seulement il avait pu prendre son courage à deux mains et lui demander une photo, une signature, n’importe quoi qui puisse servir de preuve pour qu’on le croit.  

« T’étais obligé de dévaliser le magasin ? »

Quel accueil ! Rien que pour ça, il prit la décision de ne rien lui révéler sur le contenu de ses emplettes avant que l’énergumène sans âme ne s’en rende compte lui-même. En plus, il avait beau lui dire qu’il était désespéré, Shinobu savait très bien que jamais son ancien chef ne serait jamais repassé par la même boutique deux fois dans la même journée, surtout si cela impliquait un quelconque détour. Enfin bon, après, même si il faisait la mauvaise tête, il ne rechigna pas plus que ça lorsque Naoki lui demanda de l’aider à porter ses (nombreux) sacs qu'il avait du mal à garder stable. Puis, ils reprirent la route en direction du repaire de Maeda et des autres que le goinfre n’avait pas vu depuis si longtemps qu’il en envisageait presque l’idée de partager ce qu’il avait acheté avec eux. Quand ils arrivèrent dans la planque, il ne semblait pas y avoir âme qui vive dans les parages. Pas plus qu’à chaque fois, à vrai dire, à croire que ces gars-là aimaient bien leur petit anonymat. Même si il pouvait bien comprendre tout cela, Naoki voyait surtout que leur absence était une excuse de plus pour lui de remettre en question son côté partageur. Sans se faire prier, il alla s'allonger sur le côté sur un futon rembourré qu’il avait ramené spécialement de chez lui (il l’avait trouvé en Inde et le trouvait magnifique, mais ce n'était pas le plus confortable de sa collection et il trouvait qu'ici, en coussin de secours, il était bien plus à sa place), éparpillant ses sacs un peu tout autour de lui, attendant un peu de voir si quelqu’un allait arriver.

« Au moins, on a de quoi grignoter en attendant de croiser les autres… »

-Bien évidemment. Depuis le temps, tu devrais savoir que je suis le plus fin des stratèges quand il s’agit de supplanter l’utile par l’agréable, comme on dit.

Plongeant une main au fond du sachet le plus proche, il sortit un bento et une brique de deux litres de jus de letchi. Entamant le premier, il posa son regard sur son compère en s’affaissant davantage sur siège mou. Il ne sentait toujours aucune présence dans toute la cachette mais c’était un peu le but de l’endroit, ce qui ne le surprenait donc pas. Avec le silence qui régnait sur les lieux, il ne pouvait quand même s’empêcher de se demander si ils avaient bien choisi leur moment.

-Dis…T’es sûr qu’ils sont « à la maison », au moins ?



Naoki Sano
Konbini no Fujin
Shinobu Gisei
Flaming Ginger
© Halloween sur Never-Utopia

avatar

Energie Spirituelle
Lettre: F
Pouvoir: Des grosses plaques
Inventaire:
Ancien capitaine de la 3ème division
Ancien capitaine de la 3ème division
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 43
Date d'inscription : 18/04/2016
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Bas les masques ~ (PV Vizards) Ven 6 Mai - 13:09


Home, Sweet Home



- Sérieusement, c'est mal indiqué.

Fixant avec lassitude un panneau strié de traits colorés, tel une oeuvre d'art sur laquelle l'artiste avait déposé sa peinture avec une vigueur inouïe et géométrique, l'ancien Kenpachi resta silencieux suite à sa propre remarque. Pourtant, au croisement du violet, il fallait prendre le vert... non, ce n'était pas ça. Il fallait plutôt attendre le deuxième croisement. Ah, mais était-ce le deuxième par rapport au bleu, ou en partant de la gauche ? Tandis que de l'extérieur, il semblait juste s'être mis en pause, un tout autre combat était en train de se produire à l'intérieur. La lutte d'un cerveau qui, si il était d'une extrême efficacité pour adopter l'angle parfait afin de décapiter quelqu'un, n'était guère très utile pour certaines choses plus terre à terre. Il leva finalement une main loin d'être pressée vers son menton et poussa un "Mmmhh" perplexe. Ça faisait pourtant plusieurs fois qu'il revenait au même endroit... non, il y avait un piège. Il ne pouvait pas quand même être si mauvais.

Ce n'était qu'une ligne de bus, après tout.

Néanmoins, considérant le fait qu'il avait passé près d'une heure à tenter de s'y acclimater pour finalement toujours revenir à son point de départ, il était peut-être temps de lâcher prise. Pour le coup, son manque de chance n'était pas réellement un facteur pertinent : il descendait juste toujours au mauvais arrêt. Le Vizard avait beau être un invité du monde des vivants depuis un bon deux siècles révolus, il n'en restait pas moi un ex-samurai qui avait un jour été nommé capitaine de la onzième division. Et de son temps, à la onzième, on réfléchissait plus avec sa lame qu'avec sa tête. Il poussa finalement un soupir avant de quitter l'arrêt de bus pour rebrousser chemin à pieds. Au moins, il savait comment retrouver son chemin à pattes, c'était une petite consolation...

Il ne lui fallut qu'une petite dizaine de minutes pour finalement retrouver la planque. Depuis que Toshiie, qu'il avait toujours suivi jusque là, s'était installé ici, ils avaient eu l'occasion de vivre une vie relativement tranquille. Leur repaire était discret, assez spacieux pour accueillir les quelques âmes perdues qui avaient autrefois fait partie du puissant et glorieux Gotei 13, en plus d'avoir l'avantage de se situer dans une ville discrète. Du moins l'était-elle autrefois... néanmoins, avec le temps, la pression spirituelle du groupe qui s'agrandissait avait influencé l'environnement de ce dernier. La ville de Karakura était passée d'une destination méconnue et simplette à un endroit où l'énergie spirituelle ambiante dépassait largement la moyenne de la plupart des autres coins du globe. Les Hollow apparaissaient sans cesses, de plus en plus fréquemment et violemment. Le Makka avait même eu vent d'humains aux pouvoirs paranormaux s'éveillant de ça et là. Y'en avait-il dans cet endroit qu'il considérait maintenant comme son chez lui ? Il n'en avait aucune idée. En réalité, l'épée de Damoclès qui miroitait au dessus de sa tête l'empêchait de prendre autant de liberté d'action qu'il aurait voulu. Cela valait d'ailleurs aussi pour ses camarades. Ils restaient des exilés. Des exilés redoutables, certes, mais en sous-nombre et recherchés pour une trahison qu'ils avaient été forcés de commettre. Forcés par une nature monstrueuse.

Lorsqu'il passa finalement la porte du home sweet home, il sortit les mains de ses poches. l'une d'elle se dirigea vers une poche intérieure de sa veste blanche pour venir y saisir un étui à cigare duquel il extirpa l'un des objets de son petit plaisir personnel. Le portant à ses lèvres, il l'alluma distraitement avec son briquet avant de ranger ce dernier dans la poche droite de son pantalon. Une petite bouffée plus tard et il expira lentement la fumée. Est-ce que ça le détendait ? Peut-être un peu... mais de base, il y avait difficilement plus flegmatique que lui sur cette terre. Enfin, tant qu'on ne le forçait pas à se rappeler du monstre qu'il devenait sur un vrai champ de bataille... chose qu'il cachait plutôt bien. Peut-être même que le secret de ce calme était qu'il parvenait à dissimuler sa nature belliqueuse aussi bien aux autres qu'à lui même. Néanmoins, ce qui le concernait actuellement n'était guère ses propres démons, endormis depuis bien longtemps, mais bien la récente rencontre avec Ikuto Kazushi et l'ex-Vice capitaine de la treizième, visiblement devenus respectivement capitaines de leurs divisions. Quelque chose d'étrange se tramait. Il espérait que le noiraud, à défaut de cacher leur rencontre, tente d'en plaider l'intérêt.

Une petite surprise l'attendait néanmoins à l'intérieur. Une fois arrivé au centre, il remarqua deux silhouette à l'aura familière. Après autant d'années, les Vizards qui s'étaient côtoyés, même rapidement, ne pouvaient pas se tromper lorsqu'il s'agissait de se discerner. Sano Naoki, l'ex-capitaine de la troisième division, ainsi que son ex-vice-capitaine Shinobu Gisei. Tous deux hybrides de leur état, tout comme lui. Tous deux condamnés à l'éloignement. Et tous deux faisant partie du dernier semblant de groupe de camarades qui lui restait. Une sorte de famille recomposées de façon un peu difficile... Il s'approcha doucement, tirant une autre latte de son bébé, avant d'expirer, la main gauche rangée dans la poche correspondante.

- Je dois admettre que je ne vous attendais pas.

Il sembla garder son air passif un instant avant de finalement esquisser l'ombre d'un très léger sourire. C'était toujours une bonne chose de voir d'autres Vizards. Ils étaient si peu, si épars... une race à part qui luttait chaque jour pour sa survie. Que cela fut via l'épée, la parole, ou l'art de se cacher.

- Comment va ?






The red wolf is on the hunt.

Quand Aizawa me menace
Spoiler:
 


avatar

Energie Spirituelle
Lettre: F
Pouvoir: Enjiookami
Inventaire:
Bras-droit des Vizards
Bras-droit des Vizards
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 125
Date d'inscription : 19/03/2016
Age : 22
Localisation : Monde des hommes.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Bas les masques ~ (PV Vizards) Dim 8 Mai - 13:29




















 BAS LES MASQUES
RP de groupes ~ Vizards




Le calme régnait dans l'entrepôt aujourd'hui. Enfermée dans ma chambre, les écouteurs sur les oreilles, je prenais plaisir à me passer un peu de musique tout en voguant sur divers sites Internet. Je devais avouer qu'il y avait de nombreux côtés amusants à se retrouver dans le monde des vivants, malgré le jeu perpétuelle de poursuites et de cachettes entre la Soul Society et les Vizards. Aujourd'hui, cette vie était devenue pleinement la mienne et je m'y étais résolue depuis longtemps, retrouvant la joie qui avait disparut un temps après notre hollowfication. Je ne m'inquiétais plus autant des shinigamis, bien qu'ils restaient évidemment une menace des plus importantes. Cependant, si nous voulions avoir le moindrement un rythme de vie normal, il fallait bien laisser un peu de côté notre méfiance, sans toutefois en devenir imprudent pour autant.

Lorsque la chanson arriva à son terme, un bruit extérieur attira mon attention. Je n'avais pas discerné jusqu'alors la présence d'autres personnes dans l'entrepôt et je me doutais bien qu'ils ne m'avaient pas plus remarqué, pour la simple et bonne raison que je me trouvais dans un Gigai, étant sortie un peu plus tôt et n'ayant pas pris la peine de l'enlever à mon retour. Pour ma part, les voix suffisaient maintenant à m'indiquer qui se trouvait dans les parages et je savais donc que nous avions des invités. Si cet endroit servait de repère à tous les Vizards, il restait là où j'habitais à l'inverse de Shinobu et de Naoki, qui préféraient avoir un toît à eux. Je me décidai donc à me lever pour aller les accueillir, bien que je constatai le retour de Kitakaze qui s'en était visiblement déjà chargé. Pour autant, ne pas aller les saluer aurait bien été grossier de ma part et j'entrepris donc le chemin en destination de la pièce où ils se trouvaient.

Le chemin ne me prit aucunement de temps et j'arrivai en un rien de temps, me retrouvant face au dos du rouquin. Si l'inconvénient d'un Gigai était une restriction en terme de compétences propres aux shinigamis, il permettait une bien meilleure subtilité et de ce fait, je ne serais pas aisément aperçu par Shinobu puisqu'il ne me regardait pas. Un sourire s'afficha sur mon visage, alors que je m'élançais en l'air dans le but de lui donner un bon coup de pied dans le dos, qui le propulserait sans doute quelques mètres plus loin. Chose faites, j’atterris doucement sur mes pieds, ignorant déjà ma pauvre victime, puis me tourna vers Kita tout en effaçant rapidement mon air joyeux.

« Oy, combien de fois t'ai-je dis de ne pas fumer à l'intérieur ? Ça empeste, ce truc ! »

Je me plaçai sur le côté du futon où se trouvait étendu Naoki et m'appuyai sur le dossier, croisant les bras sur ma poitrine. Ironiquement, pour quelqu'un dont le zanpakuto était de type feu, je me plaignais énormément des cigarettes et autres de ce genre, mais la raison était bien plus pour l'odeur que pour la fumée en elle même. Je laissai cependant bien vite le sujet de côté afin de prendre des nouvelles de l'ancien capitaine de la troisième, ignorant toujours le troisième Vizard présent dans l'unique but de l'ennuyer.

« Alors, quoi de neuf ? Tu aurais dû prévenir que tu comptais passer, Toshiie est sorti. Il serait rester sinon. »



© Code de Phoenix O'Connell pour Never-Utopia
avatar

Energie Spirituelle
Lettre: F
Pouvoir: Jigoku Gen'kotsu
Inventaire:
Ancienne capitaine de la 5ème division
Ancienne capitaine de la 5ème division
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 76
Date d'inscription : 29/03/2016
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Bas les masques ~ (PV Vizards) Mar 10 Mai - 12:51
Bas les masques




Pv Vizard




La ville de Karakura… Depuis 200 ans, elle était devenue l’abri des Vizards. Leur foyer. Mon chez moi. Pour plusieurs raisons, j’avais décidé de quitter la ville il y a de ça 2 siècles afin de voyager dans le monde des humains. Le fleuve qui parcourait la ville me faisait penser à Inuzuri et à tout ce que j’avais perdu là-bas. Et penser à Inuzuri me faisait penser à Hyuma-san. Et penser à Hyuma-san me faisait penser au génocide d’il y a 200 ans, envers nous, les Shinigami victimes de cette étrange métamorphose. Nous étions considérés comme des Hollows, des ennemis de la Soul Society. Et maintenant, nous étions une poignée à vivre une nouvelle vie dans le monde réel. Nous, les Vizards, avions établi notre repère dans cette ville, Karakura. Même si, pour ma part, je voyageais à travers le monde, cette ville sera toujours mon foyer. Les Vizards étaient ma nouvelle famille, depuis les évènements d’il y a 200 ans.

Bien sûr, je revenais chaque année durant les fêtes de fin d’année à Karakura. C’était ce que faisaient les humains, alors pourquoi pas moi ? Pourtant, aujourd’hui, on était en Janvier et non en fin décembre. Oui, le nouvel an était déjà passé, alors pourquoi étais-je en ville ? Tout simplement car je comptais vivre à Karakura, dorénavant. La première raison qui m’avait poussé à m’en éloigner, c’était parce que je voulais découvrir ce monde auquel j’avais passé ma vie à protéger. Ce monde où ma défunte fiancée avait vécu avant de rejoindre la Soul Society. Quelque part, au fond de moi, j’espérais rencontrer sa réincarnation en voyageant partout. En fait, ça me motivait encore plus pour parcourir le monde, même si je devais revenir dans les mêmes endroits et constater l’évolution des lieux. Je me lassais de courir après les défunts. Il fallait que je m’occupe plus de moi.


Les mains dans les poches, je marchais dans la rue en direction du repère des Vizards. J’avais hâte de voir la tête des autres lorsqu’ils verront que j’étais revenu 11 mois trop tôt. Une nouvelle vie s’offrait à moi. Je devais chercher un appartement et un travail. Je me demande si Maeda accepterait de m’héberger pendant ce temps. Je crois qu’Akira et Kita vivaient avec lui au repère, ils avaient donc leur mot à dire. Enfin, dans tous les cas, je verrais. C’était dommage qu’il n’y avait pas de neige, en Janvier, à Karakura. Il faisait froid, certes, mais ce n’était pas un bon hiver ! C’est comme si c’était le printemps sans fleur de cerisier ! Enfin, j’avais mis ma tenue de clochard : sweet bleu, gilet blanc, mitaine en laine noir ne couvrant pas mes doigts, pantalon jean marron et vieil basket déchiré. D’habitude, quand je venais les voir, je mettais un beau costume vu que c’était pour des périodes de fête. Je portais sur moi un gros sac où il y avait toutes mes affaires, montrant que je comptais réellement vivre ici et que je n’avais pas beaucoup de chose à emporter.

Me voilà enfin devant la porte du repère. Mon cœur battait la chamade. J’étais excité de voir leur réaction. Héhé, je pourrais à nouveau passer mon temps à embêter Akira, comme au bon vieux temps ! J’ouvrais la porte, avec un bon sourire.

Je suis rent- WAH !!!

C’était tout juste ! Je n’avais pas eu le temps de finir ma phrase que ce con de Shinobu foncer sur moi comme un projectile. Au dernier moment, je pus l’éviter, mais de justesse. Je sentais encore mes poils frissonner. J’étais tellement énervé que je jetai mon gros sac me servant de bagage tout droit sur la gueule d’Akira. Et encore, je me retenais de lui foutre un sort de Kido sur la tronche ! Je fonçai ensuite vers elle et lui gueula dessus en la pointant du doigt.

TU POURRAIS FAIRE ATTENTION, BLONDASSE-CONNASSE ?!! J’AI FAILLI ME PRENDRE CET IDIOT DANS LA GUEULE !!! ON T’A PAS APPRIT LA POLITESSE OU QUOI ?!!! ON S’EXCUSE QUAND ON EST CIVILISE !!! ET C’EST COMME ÇA QUE TU ACCUEILLE LES GENS ?!!

Qu’est ce que j’avais fais au Bon Dieu ? Il y avait vraiment des fois où je regrettais que, de tous les hauts gradés de la Soul Society, il aurait fallut que je sois hollowrifié avec cette sauvajaune .



© Muzet


Dialogue : dodgerblue
avatar

Energie Spirituelle
Lettre: G
Pouvoir: Fuyurin
Inventaire:
Ancien capitaine de la 7ème division
Ancien capitaine de la 7ème division
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 27
Date d'inscription : 16/04/2016
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Bas les masques ~ (PV Vizards) Mer 11 Mai - 18:45
Bas les masques
ft Vizards

En passant à travers la pièce dans un vol plané digne du plus célèbre des hommes-fusée, Shinobu se demanda s’il avait bien fait de proposer de rendre visite à ses chers compagnons Vizards. Le choc avec le sol à quelques mètres de l’entrée lui fit amèrement regretté son choix. A quoi s’attendait-il cet imbécile ? Pensait-il réellement être accueilli à bras ouvert comme le messie, alors qu’il était le premier à rabaisser ses camarades dès qu’il en avait l’occasion ? Il méritait bien pire qu’un simple coup de pied au cul : c’était un provocateur, un fanfaron et un emmerdeur confirmé. Bref, la crème de la crème dès qu’il s’agissait d’un coup bas, c’était donc presque surprenant qu’on ne l’ait pas reçu avec la batte.

C’était aussi la raison pour laquelle il était préparé à ce genre d’accueil. N’allait pas croire que le rouquin était un salopard simplement par pathologie. Le moindre de ces mots, de ces gestes et de ces incitations à la violence était mûrement réfléchies et toujours dans un but précis : déstabiliser pour mieux dominer. Aussi trivial que cela puisse paraître, Shinobu adorait mettre les autres en difficulté pour le simple plaisir de prouver sa supériorité. Un égo trop prononcé ? Mais certainement, chers lecteurs ! Et certainement aussi un sadisme inavoué qui le fait agir comme ce parfait enfoiré pour son bonheur personnel.

« Ravi de te revoir Miya-chan. »

La lame de son Zanpakuto se posa sur l’épaule de l’ancienne capitaine Shinigami tandis que le Vizard sortait de l’ombre, vêtu de ce même Shihakusho blanc que portait les soldats de Las Noches. On ne pouvait pas faire autrefois parti de l’Onmitsukido sans être capable de dissimuler sa présence aux yeux du reste de l’assemblée pendant une poignée de minutes. Surtout quand toute l’attention était centrée sur le Gigai qu’il avait utilisé comme leurre. Comme prévu Akira était tombée dans le panneau et c’est son pauvre Mod Soul qui fit les frais de son humeur. Lui, pointait désormais son sabre sur sa gorge, un sourire pervers se dessina sur son visage : il avait démontré une fois de plus qui menait réellement la danse. Pour un peu, il aurait presque éclaté de rire en voyant la tête déconfite des autres. Mais il préférait rester sur ses gardes, au cas où la jeune femme n’apprécie pas ce revirement de situation.

« Nagisa-kun, tu peux baisser d’un ton ? Ça fait à peine cinq secondes que tu es là et j’ai déjà les oreilles qui sifflent… c’est tellement désagréable. »

Bien que l’utilité d’un Shunpo alors qu’aucun ennemi n’était présent puisse-être remise en cause -quoique- le rouquin se retrouva en un instant à côté de son Gigai désormais assommé. Peut-être avait-il fait ce mouvement pour échapper à un retournement de situation en faveur d’Akira qui avait largement les capacités de se défaire de la menace de son Zanpakuto, ou peut-être se souciait-il réellement de l’état de son Mod Soul. Quoiqu’il en soit il le ramassa avec consternation et le posa contre un mur sans autre forme de procès. Au fond de lui, Shinobu espérait qu’il ne soit pas trop abîmé sinon, il en ressentirait les désagréables effets en réintégrant ce corps artificiel.

« Pour répondre à ta question Makka-san, moi je vais bien… par contre Nobu risque de faire la sieste un moment. »

Il parlait bien évidemment de son Mod Soul qui, au vu de la bosse qui grandissait à vu d’oeil sur son front, n’était pas près de se réveiller de si tôt. Le garçon soupira et se redressa avant de lui même sortir un paquet de cigarette de sa poche, sans pour autant trouvé le briquet qui lui manquait. Avec un air blasé, il jeta un regard vers Kitakaze, mimant ce dont il avait besoin avec la clope au bec. S’il ne s’en grillait pas une petite dans la minute qui suivait, son humeur en pâtirait fortement.

Dans le cas contraire c'est les nerfs d’Akira qui seraient contents…


avatar

Energie Spirituelle
Lettre: G
Pouvoir: Homura
Inventaire:
Ancien vice-capitaine de la 3ème division
Ancien vice-capitaine de la 3ème division
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 39
Date d'inscription : 12/04/2016
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Bas les masques ~ (PV Vizards) Ven 13 Mai - 2:07

"Parlons sérieusement"



Armed With Death by The Walking Dead Game on Grooveshark


Le premier arrivé sur les lieux fut la personne la plus proche de Maeda et celle que Naoki appréciait le plus en raison d’une certaine tranquillité qu’il dégageait, en temps normal. Makka n’était pas quelqu’un de très expressif ni de trop chaleureux, mais c’était également quelqu’un sur qui on pouvait compter. Une tête solide sur un corps qui l’était d’autant plus, le surnom qu’il avait acquis à la Soul Society n’étant pas usurpé le moins du monde. L’ancien de la 3ème s’était fait plein de films sur une nouvelle rencontre avec ses compères et il se satisfaisait de s’être trompé, se perdant toujours à aller imaginer le pire. Laissant sa pitance de côté, il leva une main en signe de salut vers l’homme le plus fort des Shinigamis, lui faisant un grand sourire cerné par les miettes. Concrètement, il était plutôt satisfait que ce soit lui le premier à les accueillir.

-Bonjour, Kenpachi-kun. Comme tu peux le voir, on fait aller. Annonça fièrement Naoki, ouvrant ses bras pour montrer son tas de victuailles. Pour nous faire pardonner de nous pointer comme ça, tu peux prendre ce que tu veux, c’est cadeau ! C'est bien calme, par ici, est-ce qu'il faut que je m'inquiéte ?

Son arrivée l’avait mis de bonne humeur, lui qui était presque sûr de rencontrer des cris et des dropkicks sauvages. Quel langue de vipère il faisait ! Ah, rien que pour ça, il pouvait bien se défaire d’un (voire peut-être même deux !) sachet entier. Regrettant de ne pas avoir pu lui prendre des cigarettes, ne sachant absolument pas ce qu’il affectionnait (n’étant pas vraiment au courant des différences qui existaient réellement, n’étant pas un grand amateur de la fumette lui-même tant qu'elle s'arrêtait au tabac). Pendant quelques minutes, il caressa l’idée de se lever afin d’aller saluer son camarade comme il se devait, cependant, il abandonna vite ce projet en un soupir, se contentant de lui faire un nouveau signe de la main. Une ombre lui passa dans le coin de l’œil et en tournant légèrement le visage, il put apercevoir une silhouette familière se rapprocher de Shinobu. Il hésita un instant à intervenir, levant doucement la main pour attirer l’attention du rouquin. Malheureusement, la sauvageonne avait déjà quitté la terre ferme pour s’envoler les pieds devant, c’était donc trop tard pour faire quoi que ce soit. Oh, plus précisément, il fallait plutôt dire que Naoki ne s’en faisait pas trop, après tout, tout le monde était majeur et vacciné ici. Non, pour être tout à fait honnête, il fallait plutôt dire qu’il s’en fichait, tout ça était prévisible et assez innocent, au final. Pour l’instant, il avait fini ses saucisses coupées en forme de poulpe et réfléchissait à si il allait enfourner quelque chose d’autre avant de passer au dessert ou non. Le salut de Miyazaki était un peu de trop, certes, mais au moins il donnait un peu plus dans ce qu’avait attendu l’ex-Capitaine. Il redressa son dos pour s’étirer avant de se lever tout doucement, se grattant l’arrière du crâne d’un air désinvolte, entreprenant de répondre à la question posée.  

-C’était pas forcément prév…

Avant qu’il n’ait le temps de finir, Sora débarqua à son tour et il estima donc que continuer ne servirait à rien, on ne risquait pas vraiment d’entendre ce qu’il avait à dire, surtout après que le Gigai de Shinobu eut manqué de le dégommer comme une quille. Alors, il se contenta d’observer et d’attendre. Tentant un petit signe d’apaisement des mains, il se tourna vers le nouveau venu pour le saluer, l’accueillant avec tout le calme qui le caractérisait.

-Hey, Sora. Ne crie pas, s’il te plait. Tiens, mange plutôt un mochi.

Allant fouiller au fond d’un de ses sacs, il lui envoya de quoi manger avec un lob destiné à lui tomber en plein dans les mains. Une fois cela fait, il se retourna vers son trouble-fête de compagnon d’arme qui continuait dans la lancée. Certes, il allait trop loin mais dans ce cas il valait mieux le laisser parler, sinon on ne voyait jamais le bout de ses provocations. Il serait bien temps de réparer les pots cassés quand il aurait fini de monologuer comme un anti-héros de manga. Une fois celui-ci calé dans un côté, s’arrêtant de jacasser pour s’en griller une, Naoki claqua ses mains l’une contre l’autre d’un geste sec qui résonna dans la pièce et souleva l’un de ses sachets de courses.

-Sinon, comment allez-vous, tous ?

A l’aide de son habileté au Hoho, Naoki sembla clignoter, s’étant déplacé à toute vitesse dans la pièce entière, entre chacun des Shinigamis masqués. Son air se fit grave et ses sourcils froncés tandis que son aura explosait de sérieux autour de lui, en direction de tous ceux présents. Il leur adressa son regard le plus impérial possible en levant la main qui tenait son sac bien au-dessus de sa tête avant de tous les parcourir d’un geste du bras. Triomphant, il déclama une courte tirade qu’il voulait encourageante, pleine de la conviction qu’il mettait dans ses propos.

-L’heure n’est pas à l’affrontement, il est bien trop tôt et on vient d’arriver. Non, là, il faut manger.

Après s’être assuré que son message avait bien capté l’attention de tout le monde, il croqua lui-même dans un takoyaki qu’il avait pris dans une boîte tiré du sachet, pour donner l'exemple. Dans les mains de chaque Vizard de la pièce, il avait déposé en un clin d’œil un ou deux des articles qu’il avait acheté, tentant de se rappeler au mieux des préférences de chacun. Non seulement ils risquaient moins de s’emporter le ventre un peu rempli, mais en plus il estimait les avoir suffisamment distrait pour apaiser un peu l’ambiance et il se permit de reprendre une posture moins sérieuse, celle qu’il avait adopté jusque-là lui tirant atrocement le dos tout entier. Allant se poser en tailleur nonchalamment sur son futon, il appuya la tête sur son poing en se tournant vers Kira.

-Il pousse toujours les jeux trop loin, mais bon, à force de s’enjailler avec les hollows, il faut s'y attendre à ça. Affirma-t-il l’air désinvolte avant de tourner la tête vers Shinobu, bien que ce qu’il s’apprêtait à dire fût également pour apaiser la blonde. Et toi, c’est la toucher qui t’effraie ? Si tu voulais vraiment paraître crédible, c’est tes doigts que tu aurais mis sur sa gorge, t'as de la chance de pas t'être fait étaler pour ça.

Il ferma les yeux et secoua la tête, croisant les bras après avoir enfourné de nouveaux takoyakis. Tout ça l’avait rendu bien bavard, mais tant qu’il pouvait remplir la panse, ça ne le dérangeait pas spécialement. Et puis quelque part, il était content de retrouver les siens, ces chamailleries lui faisaient un peu penser à ce qu’il aurait pu voir dans une famille de roturiers, mais il était sacrément fier d’en faire partie. Le leur dire clairement causerait bien trop de souci, et la situation ne s’y prêtait pas vraiment. Esquissant un petit sourire taquin, il rouvrit les yeux pour rajouter quelque chose de tout à fait véridique, démontrant ce qu’il pensait de son frère d’arme.

-Et puis, je doute qu’il soit du genre à s’encombrer de menaces, quand il a vraiment une cible en tête.

Ou en tout cas, c’est ce qu’il avait en tête. Le rendu final rendait plutôt quelque chose comme « Efui, ve out’ il oie… » ou quelconque représentation écrite du charabia qu’il débita avec la tête la plus dramatique possible. Après avoir avalé ce ce qu'il avait dans la bouche, il demanda de façon bien plus audible si tout le monde ne voulait pas plutôt venir se poser, fatigué qu'il était de devoir discutailler un mètre plus bas que tout le monde.



Naoki Sano
Konbini no Fujin
Les Vizards
Vizard School
© Halloween sur Never-Utopia



avatar

Energie Spirituelle
Lettre: F
Pouvoir: Des grosses plaques
Inventaire:
Ancien capitaine de la 3ème division
Ancien capitaine de la 3ème division
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 43
Date d'inscription : 18/04/2016
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Bas les masques ~ (PV Vizards) Lun 16 Mai - 18:39


Home, Sweet Home



Naoki fut le premier à répondre à sa question, le saluant chaleureusement avec des sachets de course dont il avait le secret. Sa présence avait quelque chose d'apaisant. Sa bonne humeur et son aspect tranquille étaient des plus dans un contexte parfois pas toujours folichon. Il s'excusa d'apparaître à l'improviste de cette manière avant de demander si il y avait des raisons de s'inquiéter du calme ambiant. Faisant un signe négatif de la main tout en hochant de la tête afin de refuser poliment l'offre qui lui était faite, il s'apprêtait à répondre à la question de son camarade lorsqu'une ombre se faufila dans le dos de Shinobu. Le dropkick qui s'ensuivit envoya visiblement valdinguer le Vizard dans l'entrée, devenu un projectile à grande vitesse qui passa à une trentaine de centimètres seulement du Kenpachi. Ce dernier l'observa passivement alors que dans l'autre sens, Sora rentrait. Tiens ? C'était inhabituel.

- C'était moins une.

Comme d'accoutumée, son ton placide avait de quoi surprendre, considérant que l'ancien capitaine de la septième division ainsi que lui même venaient d'éviter de peu un boulet de canon humain. Il se retourna vers la fautive : Akira, ancienne capitaine de la cinquième division et demoiselle qu'il connaissait bien étant donné qu'ils venaient de passer deux siècles ensemble en compagnie de Toshiie. Elle avait toujours eu un punch un peu débordant... la suite fut un déluge. Tout d'abord, elle commença à lui intimer de cesser de fumer son cigare, étant donné que l'odeur était peu agréable.

- Oui, tu as sans doute raison.

Pour autant, il tira une nouvelle bouffée tout en observant Sora sortir de ses gonds, projetant son sac sur la blonde en l'invectivant avec vigueur. Effectivement, il venait de frôler le traumas crânien, donc il y avait une certaine légitimité dans ses propos... des propos qui furent bientôt supplantés dans l'esprit du bras-droit de Maeda Toshiie par un autre événement. Une lame se posa non loin de la gorge de la blonde, alors que le Kenpachi plissait les yeux. Il n'aimait pas particulièrement ce genre de pratique... c'était assez futile, selon lui. Néanmoins, il fallait croire que Shinobu était gravé au fer rouge de ce trait de caractère égocentrique qui le poussait toujours à essayer de surenchérir pour avoir le dernier mot. Le blanc soupira avec lassitude, en quelques instants la tranquillité s'était changée en vacarme... Naoki tentait tant bien que mal de ménager la chèvre et le chou en proposant à manger à tout le monde, tandis que Akira et Shinobu étaient pris dans leur petite bagarre personnelle, surplombée des décibels débités par Sora. Enfin, au moins le Vizard aux cheveux pourpres avait répondu à sa question, après avoir finalement relevé son gigai en s'éloignant de la praticienne du Hakuda, désamorçant en quelques sorte la bombe. Suite à un petit signe, Kitakaze extirpa son zippo de sa poche avant de le jeter doucement vers l'autre fumeur, pour qu'il puisse allumer sa cigarette.

- N'oublie pas de me le rendre.

Le ton n'était pas réprobateur, juste... simple, comme d'habitude. Avec le temps, il était possible de se faire au caractère quelque peu passif que l'ancien capitaine de la onzième laissait paraître, pourtant parfois hautement déstabilisant. Suite à un petit plaidoyer de la part du gourmand qui n'avait pour but que de libérer un peu de vapeur dans cette pièce pleine de tension, le Makka prit une énième bouffée avant de se diriger vers la fenêtre, regardant passivement au dehors tandis qu'il tapotait son cigare pour laisser tomber un peu de cendres là. Il n'avait pas réellement faim dans l'immédiat, bien qu'il prendrait sans doute un petit quelque chose plus tard. Pour l'heure, il se dit que recentrer la discussion sur quelque chose de plus important pourrait s'avérer utile.

- Pour répondre à ta question, Naoki-san, je ne pense pas que le calme soit le point dont nous devons nous inquiéter, si nous devons toutefois nous inquiéter.

Il se retourna, emportant le cendar avec lui l'air toujours aussi flegmatique, avant de se rapprocher du groupe, prenant une position devant ses compagnons. Il prit l'initiative de s'emparer d'une chaise pour s'asseoir en toute tranquillité, posant le récipient non loin. Les absences de Toshiie se faisaient de plus en plus fréquentes, ces derniers temps. Le loup carmin se demandait bien si ça avait un rapport avec le reste...

- Quelque chose ne tourne pas rond en ce moment. Les Hollows s'enhardissent... et je suis même tombé sur deux de nos anciens collègues. Kazushi Ikuto et Sagara Sanosuke, pour ceux qui s'en rappellent. Je ne pense pas que ça ait compromis notre cachette, mais... ça devient dangereux. Même si ils n'avaient personnellement aucune intentions hostiles, je doute que le Gotei se soit apaisé vis à vis de notre cas.

Il se massa doucement le menton, en pleine réflexion. Quelque chose bougeait, à grande échelle. Ne pas savoir quoi le tracassait... car son instinct lui disait qu'il allait à nouveau expérimenter une bataille.





HRP : J'ai demandé au staff concernant le passage sur les absences de Toshiie (vu que pour l'avoir avec nous ce sera difficile, vis à vis du timing event ! Mais on aura notre propre anim avec le boss, vous en faites pas !





The red wolf is on the hunt.

Quand Aizawa me menace
Spoiler:
 


avatar

Energie Spirituelle
Lettre: F
Pouvoir: Enjiookami
Inventaire:
Bras-droit des Vizards
Bras-droit des Vizards
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 125
Date d'inscription : 19/03/2016
Age : 22
Localisation : Monde des hommes.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Bas les masques ~ (PV Vizards) Lun 23 Mai - 3:01




















 BAS LES MASQUES
RP de groupes ~ Vizards




Bien que la situation me donnait une envie folle de mettre mon poing au visage de Shinobu, ce que je lui faisais comprendre d'un simple regard, je déposai le sac de Sora au sol dès l'instant où Kita prononça les deux noms de nos anciens collègues, tournant entièrement mon attention vers lui. J'avais, pour ma part, moi-même rencontrer une shinigami quelques jours plus tôt, mais j'avais bien fait attention de garder mon identité pour moi. Dans le cas de ces deux hommes, il était certain qu'ils savaient maintenant l’emplacement d'au moins un Vizard, puisqu'ils connaissaient tous deux le Kenpachi et à l'inverse de la vice-capitaine de la cinquième division, pouvaient donc identifier l'homme comme étant l'un d'entre nous. Je doutais fortement qu'ils taisent cette rencontre et bien que notre cachette nous permettait de passer inaperçu, une plus ample présence des shinigamis en ville réduirait fortement nos déplacements et nous obligerait à nous faire encore plus prudent.

« Je peux savoir quand est-ce que tu les as croisé ? Tu aurais dû nous prévenir ! Je veux bien que les haut-gradés sont soumis à une limite, mais si je me souviens bien d'eux, ils ne sont pas à prendre à la légère et il aurait suffit qu'ils demandent à ce qu'elle soit levée pour que tu te retrouves dans les emmerdes. »

Je m'appuyai d'une main sur le dossier du futon où s'était une fois de plus installé Naoki, déposant l'autre sur ma hanche d'un air réprobateur. Si je pouvais paraître sévère dans de telles situations, me connaitre un peu suffisait à faire comprendre qu'il s'agissait-là d'inquiétude. Les Vizards étaient pour moi une famille qui m'était plus que chère et Kitakaze était de ceux avec lesquels j'étais le plus protectrice, par habitude de vivre avec lui depuis deux siècles. Je savais parfaitement qu'il était capable de se défendre de lui-même, tout comme l'était Maeda, mais cela n'empêchait pas qu'ils risquaient aussi de mourir en combat et la simple idée m'énervait au plus haut point. Je soupirai finalement et tentai de laisser de coller les traces de colère qui survenaient toujours lorsque je m'inquiétais, puis me concentrai sur les faits prononcés.

« J'ai effectivement remarqué une activité plus importante dans les parages et je pense que cela pourrait être problématique. Je ne me soucis pas vraiment des hollows, mais je doute que ta présence sera tue par les deux shinigamis qui t'ont croisés. Même si, miraculeusement, tu ne serais pas vue comme un soucis par les capitaines, la situation présente à Karakura attirera certainement des shinigamis suffisamment puissants ou nombreux pour tenir tête à tous ces hollows et s'ils nous voient tous ici ensemble, je doute qu'ils continuent à nous considérer comme une menace à mettre de côté et je n'ai pas envie de faire de notre cas une priorité. »

Je n'avais pas besoin de dire qu'il ne fallait pas attirer davantage l'attention sur nous et je me doutais bien que les autres n'iraient pas faire du grabuge non nécessaire. Nous étions tous habitués à nous faire discret. Je me tournai vers Sora et le jugea quelques secondes, puis me décidai finalement à l’interroger sur sa venue ici et en profitai pour l'ennuyer un peu. Je ne le voyais pas souvent, alors chaque occasion était bonne pour l'énerver.

« Oh, et Sora, je peux savoir ce que tu fais ici si tôt dans l'année ? Les fêtes sont déjà terminées, alors qu'est-ce qui t'amènes à Karakura ? S'il te plait, dis-moi que tu n'as pas foutu le bordel quelque part ! Je n'ai pas envie de ramasser derrière toi... »



© Code de Phoenix O'Connell pour Never-Utopia
avatar

Energie Spirituelle
Lettre: F
Pouvoir: Jigoku Gen'kotsu
Inventaire:
Ancienne capitaine de la 5ème division
Ancienne capitaine de la 5ème division
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 76
Date d'inscription : 29/03/2016
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Bas les masques ~ (PV Vizards) Jeu 9 Juin - 15:33
Bas les masques
ft Vizards

« Baisse ton arme, c'est pas un jouet, tu risques de te couper, crétin. »

Une bouffée de fumée s’échappa de la bouche de Shinobu juste après cette réflexion. Les remarques de ses semblables l’indifférait au plus au point. Il était pourtant du genre à répondre à la moindre taquinerie, mais lorsqu’il avait une cigarette dans le bec, seul son mépris pouvait transparaître. La nicotine avait le don de le déconnecter de l’instant présent, le rendant imperméable aux reproches et aux menaces. En parlant de menaces, Naoki disait vrai, son ancien capitaine le connaissait assez bien pour savoir qu’une fois l’ennemi identifié, le paria se contentait d’éliminer purement et simplement la cible sans jouer avec elle. Il n’était pas le genre de combattant à s’encombrer d’un échange de répliques acerbes en pleine bataille. Il était plutôt le style à frapper d’abord et discuter ensuite.

Enfin bref, le commentaire de Sora était tombé à l’eau car si Shinobu, le premier concerné, n’avait même pas daigné répondre, les autres ne prirent pas la peine de relever non plus. L’épisode « politiquement incorrect » du rouquin passa donc à la trappe à son tour, pour donner la priorité à d’autres sujets beaucoup plus important : la sûreté des Vizards. Kitakaze aborda la question assez sobrement - et récupéra au vol le briquet que lui lançait son collègue fumeur entre deux phrases - en abordant d’une part la recrudescence de Hollow à Karakura et sa rencontre avec deux capitaine Shinigamis inconnu au bataillon.

« Je me souviens même plus de ces types… mais s’ils ont rapporté votre rencontre au Gotei 13, aucune chance que le vieux salopard laisse passer ça. Il va falloir redoubler de… »

Akira lui coupa la parole sans se soucier des formules de politesses. Il était déjà assez surprenant qu’elle se soit tue jusqu’à maintenant, Shinobu n’était pas surpris le moins du monde qu’elle enchaîne par dessus sa phrase sans même lui prêter attention. Elle était vive et parlait plus souvent avec ses émotions qu’avec sa raison, son intervention était cohérente avec sa façon d’être. Surtout que Kitakaze venait de lâcher une petite bombe dans la discussion. Elle transpirait l’inquiétude à chacune de ses phrases et pendant un instant, le rouquin se surprit à plaindre son tempérament « maman poule ». Après tout, c’était elle qui se faisait le plus de mouron pour chaque Vizard et vu les têtes brûlés qu’il y avait dans le groupe - à commencer par lui - elle avait de quoi se faire des cheveux blancs.

« Miya marque un point. Qu’on le veuille ou non l’attention du Seireitei va se porter sur Karakura tôt ou tard. La ville risque de grouiller de Shinigamis dans les semaines qui suivent, ne serait-ce que pour gérer le problème Hollow. On ne risque plus d’être libre de nos mouvements pendant un moment… »

L’ancien dieu de la mort inspira une bouffée de nicotine en fermant les yeux. Il s’apprêtait à proposer une solution simple et sans danger pour le groupe, afin de passer à travers les mailles du filets qui se tendrait bientôt dans toute la ville. Mais une fois encore, Akira ne lui laissa pas le temps de reprendre la parole. Elle invectivait Sora, pour changer, ce qui ne dérangeait pas outre mesure le rouquin, puisqu’il était assez d’accord avec la blonde pour une fois. Ce jeune Vizard était du genre à attirer les problèmes avec lui. Lorsqu’il était en ville, il arrivait toujours quelque chose d’ennuyant pour le groupe.

« Tu n'as qu’à baiser mon derrière, si ça te chante. Sinon, je suis revenu pour vivre ici, à Karakura. Donc, en attendant que je trouve un emploi et une baraque, je reste vivre ici, chez vous. En échange, je peux bien m'occuper de vos Hollows, les doigts dans le nez et les yeux fermés, ok ? »

Shinobu laissa échapper un sourire. Le fléau que Sora avait ramené avec lui cette fois-ci était certainement le pire de tous, à savoir, lui-même. Sa présence à Karakura était habituellement rare et les choses étaient mieux ainsi, mais s’il comptait s’installer définitivement ici, il y avait fort à parier que les Vizards n’avaient pas finis de passer le balais derrière lui.

Un nouveau nuage de fumée s’échappa des narines du traître aux cheveux cramoisis. Puisqu’il pouvait enfin reprendre la parole, il ne se fit pas prier.

« Le problème Nagisa-kun, c’est que j’allais justement proposer que nous quittions la ville pendant quelques temps pour laisser les choses se tasser d’elle-même. Si nous restons à Karakura alors que les Shinigamis vont débarquer en nombre pour régler le problème Hollow ou se lancer aux trousses de Kitakaze, nous allons tous nous faire repérer. Alors je te déconseille de défaire tes valises…»

Shinobu ne commandait plus personne depuis deux siècles et son expérience de vice-capitaine avait duré moins d’une décennie. D’où venait donc ce ton autoritaire et ces décisions rationnelles pour le bien du groupe ? Peut-être avait-il toujours eu un instinct de leader au fond de lui, ou peut-être que les années passées au contact de Naoki lui avait appris à se forger une figure « autoritaire » pour contraster avec l’attitude insouciante de son ancien capitaine. Quoiqu’il en soit, il avait affiché ses résolutions pour faire face à la menace Shinigami qui se profilait à l’horizon. Il ne s’attendait pas à ce que les autres Vizards le suivent, mais ça n’avait pas beaucoup d’importance après tout. Chacun était capable de prendre la meilleur décision pour lui-même, qu’elle soit ou non la meilleure option pour le groupe, c’était justement au groupe d'en décider.    


HRP : Je poste pour sauter le tour de Sora qui n'est pas disponible pour répondre. Ses paroles sont en bleu.


avatar

Energie Spirituelle
Lettre: G
Pouvoir: Homura
Inventaire:
Ancien vice-capitaine de la 3ème division
Ancien vice-capitaine de la 3ème division
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 39
Date d'inscription : 12/04/2016
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Bas les masques ~ (PV Vizards) Dim 12 Juin - 0:13

Du nerf, que diable !



Armed With Death by The Walking Dead Game on Grooveshark


Naoki ne savait pas ce qui était le pire : Que l’on ait snobé ses magnifiques tirades ou bien son élan de générosité si peu habituel, donc significatif de son état d’esprit. Alors, il laissa faire en remarquant bien que personne ne souhaitait s’assoir. Décidément, l’ambiance était toujours à son paroxysme, chez les Vizards ! La seule différence avec son passé, finalement, c’était qu’il était désormais presque aussi libre qu’il le souhaitait, sauf à quelques exceptions près. Malgré tout, il appréciait la désinvolture de Makka, qui était si opposé du tempérament du reste du groupe. Intrigué quand celui-ci daigna enfin lui toucher deux mots. Avec le trio des manchots, il fut cependant incapable d’en placer une, se contentant de s’amuser tranquillement de leurs commentaires. Il trouvait qu’Akira sous-estimait grandement leur Kenpachi tout en surestimant un peu trop la concurrence. Au bout d’un moment, il utilisa un créneau que lui laissa Shinobu entre deux coups sur sa clope pour prendre enfin la parole, sans se soucier du Vizard glacé qui venait de se faire quicher en règles. Visiblement, la menace du Gotei 13 ne se terminerait jamais et personnellement, Naoki en avait plus qu’assez de toujours devoir être sur le qui-vive tandis que tout le monde semblait prendre la chose plutôt légèrement.

-Avec tout ce remue-ménage, je doute qu’on soit les premiers visés…Commença-t-il, pour remettre un peu les choses dans leur contexte. A part le massacre il y a 200 ans, il n’y a jamais eu la moindre vague, si il y a des embrouilles sur une autre front, c’est d’autant plus de raisons de nous foutre la paix.

Il prit une légère inspiration, sans relever la remarque de Nagisa qui  montrait une fois de plus qu’il ne parlait pas beaucoup avant de réfléchir, tout en utilisant un vocabulaire un peu trop…Imagé. Autant que le masqué aux cheveux d’argent s’en souvienne, il se souvenait que c’était justement leur camarade de glace qui avait toujours paru le plus naïf, à bien des égards. Enfin, après tout, c’était le plus jeune. Pas réellement doué avec les enfants, il se disait qu’il devait sans doute approcher de la crise d’adolescence, à quelques trentaines d’années près. Il avait encore toutes la fougue des jeunes siècles et il devait sans doute se penser proprement invincible, avec son statut de jeune prodige qui lui avait valu un poste de Capitaine à un âge qui aurait pu voler la vedette à Maeda, si celui-ci ne s’était pas trouvé dans une sphère totalement différente de celle de son comparse.

-Alors…Oui, effectivement. Sinon, peu importe le camp contre lequel on se situe, faut pas oublier qu’on est bien restreints niveau nombre. Répondit l’ancêtre au petit jeune. Non, moi, je pense qu’il faudrait faire profil bas, voir comment ça se démêle un peu tout ça. Que je sache, pour l’instant, on marche beaucoup à l’intuition et aux suppositions, non ?

Détournant bien le sujet pour éviter que Nagisa ne réalise qu’habiter avec le gros du groupuscule de Vizards n’était pas la seule option qui se présentait à lui, il manqua de s’étouffer avec un mochi quand Shinobu débitta des âneries plus grosses que lui. Si ils avaient encore entretenu leur relation entre Capitaine et Vice, il lui aurait sans doute…Et bien, pas exactement mis un taquet, car il trouvait les actes de violence de la sorte assez vains et peu ludiques, mais il lui aurait sans doute fait passer l’idée de se lancer dans des élans de couardises, pourtant inhabituel chez lui. Bon sang, le voilà qui inversait les rôles !

-Non mais, qu’est-ce que j’entends, là ? Décocha-t-il en se levant de son siège, ouvrant les bras en grand. On a pas assez cavalé, pendant tout ce temps ? On est pas ici chez nous ?Moi, j’ai pris suffisamment de temps à m’habituer à ce vieux patelin, c’est pas pour me barrer au premier accroc, bon Dieu (de la mort) !

Bougon, il fusilla son colocataire du regard. Il aurait compris ça de la bouche de presque n’importe qui, mais la simple idée d’abandonner le petit havre de paix qu’il avait réussi à s’aménager le débectait. Karakura, que cela soit une bonne ou mauvaise chose, était désormais leur demeure. Quand on avait une once de respect, on n’abandonnait pas le navire au premier trou dans la coque, et c’est en forgeant qu’on devient forgeron, et tout ça !

-Honnêtement, on connait mieux le terrain que quiconque. On peut le préparer, observer, et si les choses tournent au vinaigre, il nous reste encore l’effet de surprise. Après une petite pause, il croisa finalement les bras avant de reprendre. Je ne parle pas de triompher contre tout le Gotei 13, ni même d’éradiquer les Hollows. Y’a du mouvement des deux côtés, donc ça va sans doute se foutre sur la gueule. Si on continue de jouer les proies, on va immanquablement se faire bouffer, c’est la loi de la nature.

De nouveau, il laissa ce qu’il venait de dire s’imprimer dans l’esprit de tous ceux qui  se trouvaient à proximité. Il n’aimait pas jouer les belliqueux et encore moins chercher le conflit, mais lorsqu’on venait marcher sur ses plates bandes, il n’hésitait pas à retirer les gants. La petite ville était devenue son petit foyer dont la banalité avait quelque chose de rassurant et qu’il n’avait ni l’envie ni la motivation d’échanger pour quoi que ce soit, surtout si il fallait se lancer dans de fastidieuses recherches. Non, ce qu’il fallait, c’était…

-On agit uniquement en dernier recours et si on se fait griler, on montre clairement qu’on a pas la moindre intention de céder un pouce de terrain, ni de présenter une menace autre que celle de la légitime défense. Les Hollows ont le Hueco, les Shinigamis la Soul Society. Si on ne peut pas avoir le monde humain, je compte quand même me battre bec et ongles pour ma maison et j’aimerais bien voir quelqu’un essayer de m’en déloger.

Aussi déplorable cela pouvait-il être, à ce niveau là, il était avec Nagisa. C’était assez risible car il était celui à être le moins resté dans la bourgade, mais il n’était pas forcément le plus fiable lorsqu’il s’agissait d’affrontement. Naoki avait tendance à le trouver trop doux, trop mou aussi, peut-être. En tout cas, la discussion semblait principalement dirigée par la peur et la désinformation. Ils s’étaient lancés là-dessus à cause d’une rencontre entre Makka et deux Capitaines de leur ancienne patrie, mais si il y avait réellement quelque chose à craindre, ils n’auraient sans doute pas eu le loisir d’être tranquillement là à en parler, le cœur léger. Sa rencontre avec Jinshiro ne lui traversa pas l’esprit un seul instant, car il n’avait jamais ressenti de réel danger émaner de cet adversaire qui n’avait souhaité que se mesurer à quelqu’un de puissant, ne dégageant ainsi rien de bien létal. S’avançant vers le centre de la pièce pour se rapprocher du groupe, il les observa un à un, avant d’avoir une idée.

-Ce qui nous manque, nous, ce n’est pas la puissance brute. Ce sont les effectifs ! Entama le flegmatique, avant de tendre sa paume devant lui pour y taper du poing. Malgré tout, on a tout de même un avantage que les autres n’ont pas : On a la possibilité de se faire des alliés, les humains. C’est aussi leur monde, après tout.

Légèrement réticent lui-même à cette idée qu’il avait trouvé un peu à contre-cœur, il se disait que c’était sans doute un moyen de remettre du baume au cœur de tous ces tristes visages qui se voyaient déjà noyés sous un torrent de Shinigami qui était peu probable, une mobilisation générale demeurant tout de même plutôt rare. Ce qu’il fallait faire, c’était fédérer tous les habitants de la Terre avec un certain potentiel (et qui n’étaient pas des dingues, comme on en voyait tant) et qui étaient eux aussi prêts à défendre leur territoire, si jamais il devait réellement y avoir un conflit. Encore une fois, l’idée n’était pas de se livrer à une guerre totale qui serait de toute façon perdue d’avance et qui n’avait que peu lieu ‘être. Non, le but était de fédérer une puissance suffisante pour ne pas être totalement à la merci de la moindre attaque de deux ou trois escouades. Les choses allaient chauffer ? Soit. Le secret sur leur localisation risquait de tomber à l’eau ? Et bien, il fallait tout simplement partir sur quelque chose de nouveau, plutôt que d’entretenir une méthode qui avait fait son temps et qui, au vu des événements, semblait être devenu obsolète. Naoki voyait personnellement tout cette situation comme un moyen d'arrêter de vivre dans la peur du Gotei et de montrer que même sur ce petit bout de caillou, ils n'étaient pas en reste. Il en avait assez de son statut de fugitif, d'expatrié. Sa Terre n'était aucune autre que celle-ci, il y était né une seconde fois et refusait de laisser faire à une bande de barbares ce qu'ils voulaient dans son jardin.



Naoki Sano
Konbini no Fujin
Les Vizards
Vizard School
© Halloween sur Never-Utopia



avatar

Energie Spirituelle
Lettre: F
Pouvoir: Des grosses plaques
Inventaire:
Ancien capitaine de la 3ème division
Ancien capitaine de la 3ème division
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 43
Date d'inscription : 18/04/2016
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Bas les masques ~ (PV Vizards) Lun 18 Juil - 20:19


Home, Sweet Home



Sans réelle surprise, Akira réagit au quart de tour face à sa déclaration. Scène typique d'entre les Vizards : la passivité légendaire de cet homme autrefois connu pour sa capacité à jouer dans une mare de sang comme si c'était un lieu d'amusement face à l'impulsivité flamboyante de son amie et camarade. Un cocktail détonnant qui, malgré tout, avait survécu à de longues années d'exil. Au final, cette remontrance était le signe de bien plus d'inquiétude qu'autre chose, et le blanc l'accueillit avec calme, se contentant de préparer sa réponse entre deux bouffées de fumée. Il laissa néanmoins Shinobu et Sora prendre la parole, expliquant chacun leur point de vue. Prendre la fuite, encore... c'était, à première vue, la décision la plus sage. Mais la sagesse était exténuante, à force. Surtout qu'au fond de lui, Kitakaze brûlait de combattre avec toutes ses tripes depuis bientôt deux siècles.

- Tu t'inquiètes trop... le temps qu'ils demandent la levée des limites, tristement, j'aurai aisément pu en tuer un et amocher sévèrement l'autre. Ils en avaient clairement conscience. Pour ma part, je n'avais aucun intérêt à le faire.

Certes, les points soulevés par le rouquin et l'ancienne capitaine de la cinquième division étaient concrètement valables : maintenant que sa présence avait été remarquée ici, l'empereur allait vite être mis au courant. Peut-être enverrait-il des forces en nombre, peut-être enverrait-il son élite. Peut-être enverrait-il les deux ? En tout cas, il était assurément judicieux, sans prendre de recul, de lancer une éradication des Vizards ici et maintenant. Tant qu'il les avait sous la main. Mais un point qu'allait très vite soulever le Sano venait contredire ces faits... un point très noir sur le tableau des forces qui portait un gros masque blanc.

Après avoir laissé passer la tirade de son camarade, indubitablement forte d'une conviction d'acier et certainement pas dénuée de sens, le Kenpachi jeta un regard circulaire autour de cette réunion officieuse qui semblait bien plus mouvementée que prévu. Il n'était pas inhabituel de voir un peu de grabuge quand ce groupe unique réunissait ses différents membres aux interactions agitées, mais le débat du jour était rarement abordé : fuir, ou combattre ? C'est avec une voix lente et si posée qu'elle en aurait presque semblé endormie que le loup carmin reprit la parole.

- Vous savez que j'ai notre protection à tous à cœur. Mais sur ce coup là, je ne pourrais pas être plus d'accord avec Naoki. Fuir n'a pas à être une fatalité, ni une solution.

Il joint ses mains et observa pensivement chacun d'entre eux. Ils avaient vécu beaucoup de choses, depuis la fin prématurée de leur vie de grands dieux de la mort pour l'adoption de celle, beaucoup moins reluisante, de parias possédés par des démons avides et retors. Mais ces choses les avaient rendus plus forts. Meilleurs. L'instinct animal qui brûlait en chacun d'eux n'était plus une faiblesse à craindre, mais bien une force à exploiter. Ce qui avait causé leur chute allait peut-être amener leur salut. Ça, et assez de jugeote pour accompagner le flot des événements au lieu d'être emporté par lui.

- Cela fait longtemps maintenant que nous sommes ici. Je sais que nous ne pouvons pas affronter tout le Gotei : nous le savons tous. Mais comme l'a soulevé notre collègue ici présent, les circonstances semblent électriques en ce moment. Entre la recrudescence des assauts de Hollow et le fait que j'ai croisé deux capitaines envoyés pour s'en charger, tout semble indiquer qu'un conflit de grande échelle se prépare. Nous avons deux choix : nous écraser, jouer d'une prudence excessive, et composer avec les vainqueurs... sans savoir qui ils seront.

Il se redressa par la suite et s'octroya une large inspiration tabagique avant de lentement souffler le résidu fumeux tout en reprenant la parole, sa voix légèrement aggravée par la prise parallèle sur son cigare.

- Ou nous pouvons tenir notre terrain et prouver à ceux qui nous menacent toujours que nous ne tolérerons plus d'être ainsi chassés... et que nous faire la guerre serait une décision bien catastrophique. Nous pouvons nous faire un nom et cesser de vivre comme des rats qui fuient leur trou à chaque fois que le chat fait mine de montrer ses moustaches. Ça et...

Il s'était retourné en finissant son speech. Un sourire sombre était gravé sur son visage, une lueur quelque peu folle dans ses yeux. Tout un changement physiologique qu'il cachait avec un certain brio, s'étant orientée de façon à ce que sa figure ne soit plus visible, sauf par le plus observateur et le mieux placé par rapport à lui du lot. Il leva une main qui tremblait presque devant lui, la fixant de ses prunelles rougeâtres. Toute cette ambiance de bataille, ces forces qui se rassemblaient, ces conseils de guerre qui devaient avoir lieu si même ici on parlait d'affrontement... tout ça le rendait dingue, au fond. Tout ça lui rappelait le temps où il était encore "le chien fou" de Tennô, allant porter croisade en son nom pour le seul plaisir de passer ses adversaires au fil de son zanpakutô. Les tambours du conflit battaient au loin et, en son for intérieur, il pouvait les sentir ; ils produisaient la seule mélodie qui pu trouver une réelle grâce à ses oreilles.

- ... je ne dirais pas non à une occasion de me dérouiller un peu.

Deux siècles à garder la bête en cage, et ses crocs étaient encore assez tranchants pour venir mastiquer les barreaux.







The red wolf is on the hunt.

Quand Aizawa me menace
Spoiler:
 


avatar

Energie Spirituelle
Lettre: F
Pouvoir: Enjiookami
Inventaire:
Bras-droit des Vizards
Bras-droit des Vizards
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 125
Date d'inscription : 19/03/2016
Age : 22
Localisation : Monde des hommes.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Bas les masques ~ (PV Vizards)
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Bas les masques ~ (PV Vizards)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Les Masques Du Destin
» [Classe] Maître des masques
» Les masques finissent toujours par tomber (PV Capucine) | abandonné, dortoir des acteurs.
» [Evènements : Bataille sur l'île de Legion !] Tomber les masques
» LES MASQUES MAYAS EN JADE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bleach : Kyoukai no Kanata :: Constance :: Le Monde Terrestre :: Asie :: Japon :: Karakura :: Planque des Vizards-
Sauter vers: