AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Morituri Te Salutant [Mission Solo]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

 :: Constance :: Le Monde Terrestre :: Europe
MessageSujet: Morituri Te Salutant [Mission Solo] Ven 27 Mai - 23:30

La mort de Félix
(Partie 1)



Armed With Death by The Walking Dead Game on Grooveshark



Les bras ballants, Naoki se dirigeait vers le lieu de réunion des Capitaines où il s’était fait convoquer. Cela n’arrivait pas souvent et la plupart du temps, ça n’annonçait rien de très agréable pour lui. Il admirait énormément le Commandant-Capitaine dont la puissance et la sagesse étaient sans égales mais cela ne voulait pas dire qu’il souhaitait se taper tout le sale boulot qu’il pouvait y avoir. Pondérant sur le sujet qui aurait pu lui valoir une convocation, il espéra de tout son cœur que tout ça ne serait qu’une histoire de paperasse qu’il pourrait remplir distraitement au clair de lune, cependant, son petit doigt lui disait que cela aurait à voir avec une mission qu’on lui avait fait déléguer à des subalternes, malgré ses réticences. N’ayant toujours pas eu la moindre nouvelle  de ses hommes, il savait bien qu’Ichijo ne l’aurait pas appelé juste pour lui faire un briefing de la situation et c’était pour ça plus que par paresse qu’il espérait du fond du cœur de ne pas être envoyé sur le même assignement que ses subalternes. Si jamais cela venait à être le cas, il pouvait s’attendre au pire en ce qui concernait le sort de ceux qu’il avait envoyé dans le monde des humains.  Après avoir poussé la grande porte où l’attendait celui qu’on pouvait voir comme le Père des Shinigamis, il le salua respectueusement, ravi de le voir après un long moment où il n’avait pas eu besoin de trop intervenir dans la vie des Capitaines. On était en 1811 et Naoki n’avait encore aucune idée du massacre auquel il n’échapperait que par chance, quelques années plus tard.

-Comme toujours, vous avez été très rapide, Capitaine Sano.

Retenant une furieuse envie de se gratter l’arrière du crâne, Naoki préférait ne pas préciser qu’il n’appréciait pas particulièrement de se faire appeler par son nom de famille. De toute façon, le Commandant-Capitaine était plutôt à cheval sur le code et par conséquent, il avait toujours fait de son mieux pour se tenir en sa présence. Après tout, il le connaissait depuis bien longtemps et n’avait jamais eu la moindre envie de se le mettre  à dos, d’autant qu’il n’avait pas encore la moindre idée de l’inutilité de tout ce qu’il avait entrepris dans la Soul Society. Peut-être à une ou deux exceptions près qu’il tenait dans son cœur, tout son travail allait être balayé à cause d’un événement malencontreux contre lequel il ne pourrait rien. Sans se soucier un instant qu’il se tenait en face de celui qui appliquerait sous peu un génocide sur ses futures congénères, il le regardait avec le sourire de quelqu’un ravi de servir sous un souverain aux qualités inégalables.

-D’autant plus que pour une fois, je me suis pressé. Je voulais m’assurer au plus vite que ma convocation n’avait rien avoir avec ce Fullbringer dont vous m’avez parlé. Alors, de quoi s'agit-il ?

En voyant son supérieur hocher silencieusement la tête, le Capitaine sentit son sourire s’affaisser. Ainsi donc, ses subalternes avaient échoué et désormais, il ne devait plus rien en rester. Sans attendre une réponse qu’il connaissait déjà, il s’avança de quelques pas, son regard soudain glacial planté dans celui d’Ichijo. Il croisa les mains dans son dos, les serrant de toutes ses forces à l’abri des regards, seule chose qu’il pouvait faire pour pouvoir supporter ce genre d’information avec dignité.

-Que leur est-il arrivé.. ?

Quand on lui répondit que personne n’en savait rien, il se sentit d’autant plus démuni. Ne pas savoir était pire que tout, bien que tous les doutes avaient quitté son esprit depuis longtemps, cette simple donnée inconnue avait réussi à lui redonner l’espoir, ce qui n’avait rien de bon. Ne pas être pessimiste était une très bonne chose, en revanche, se bercer naïvement d’illusions était un crime dangereux pour quelqu’un doté d’aussi hautes responsabilités qu’un Capitaine car cela pouvait parfois être décisif dans un moment de vie ou de mort. Concrètement, le Gotei était tout autant dans le brouillard que lui car le nombre d’informations recueilli était très faible. D’après le rapport qu’on lui avait donné avant qu’il ne soit obligé de déléguer sa mission à des sous-fifres, il fallait mener une enquête sur quelque chose qui avait déjà attaqué plusieurs Shinigamis rattachés à un district de Rome et qui demeurait introuvable. Suite aux attaques qui avaient précédé l’envoi de la 3ème division, on avait pu récolter quelques informations de valeur : Tout d’abord, l’unique rescapé (qui ne tiendrait plus jamais une épée de sa vie) permit d’affirmer que la cible était bel et bien un humain. Ensuite, le témoignage du Shinigami dépeignait l’arme dont se servait l’humain en question comme d’une toile vierge dotée de pouvoirs mystiques incompréhensibles. Enfin, l’équipe de Naoki était quant à elle parvenue à localiser avec précision la cible qui résidait dans une grande demeure plutôt luxueuse et avait également réussi à découvrir l’identité du criminel. Tout semblait laisser croire que cette information leur avait coûté la vie. Les pertes avaient été trop grandes et désormais, il était temps d’en finir une bonne fois pour toute avec ce gêneur. Voilà pourquoi on l’avait appelé. Le Commandant-Capitaine eut beau lui sortir de jolis mots comme « appréhender », « sauvetage des Shinigamis sur les lieux » et autres âneries, Naoki comprit sa mission selon deux prérogatives très simples : Search and Destroy.

A ses yeux, il n’était pas question de laisser faire un humain impétueux qui s’était éveillé à un quelconque pouvoir mystique. Il n’était plus non plus question d’évaluer si ce type était un danger, car c’était sans aucun doute possible le cas. Non, l’administration avait lambiné car elle sous-estimait les humains (tout comme lui d’ailleurs, qui ne leur trouvait que très peu de qualités) et c’était sa division qui en avait payé le prix. Malgré les pertes qu’ils avaient essuyé, aucune information concrète n’était encore ressorti quant aux capacités réelles de celui qui portait le titre de Fullbringer. Après qu’on lui ait donné carte blanche et transmis les dernières informations sur son assignement, il prit congé de son supérieur non sans lui faire preuve des marques habituelles de respect. Sans tarder, il se dirigea vers le département censé lui apposer sa limite avant de quitter le monde des âmes pour éviter qu’il ne foute trop le bordel, en bas. Durant tout le chemin, il froissa dans sa main droite un document qu’on lui avait remit avec tous les renseignements nécessaires pour trouver celui qu’on l’avait envoyé trouver. Concrètement, le papier ne contenait qu’une adresse, une photo ainsi qu’un nom au son bien étranger pour le vieil esprit japonais aux cheveux d’argent. Ce nom, c’était…

-------------------------------------------------------------------------------------

-Félix Boisselier. Je suis Naoki Sano, le Capitaine de la 3ème Division du Gotei 13, un Shinigami. Je suis là pour prendre ton âme.

Sans patienter le moins du monde, Naoki s’était dirigé comme un bœuf vers la demeure qu’on lui avait indiqué. Il ne s’embarassa pas de débusquer les puissances spirituelles qui auraient pu l’entourer et se contenta de foncer tout droit, défonçant sans ménagement une large fenêtre qu’il aurait tout aussi bien pu traverser, une fois arrivé à destination. Une fois entré dans la demeure, il localisa immédiatement Boisselier assis devant un chevalet sur lequel était posé un tableau quasiment achevé, qui était sûrement l’arme du crime. Avant de s’avancer plus avant, il dut s’annoncer pour que le peintre ne se tourne dans sa direction, lui permettant de vérifier le fait que, de un, il pouvait les esprits et de deux, ce n’était certainement pas la première fois qu’on lui sortait ce genre de rengaine, car il n’avait pas semblé plus désarçonné que ça. D’un geste de la main, il se contenta de lui faire comprendre qu’il ne comprenait rien à ses dires tout en lui parlant dans une langue étrangère au Capitaine du Seireitei.

-Je me suis déjà lassé de mes précédents modèles, tu tombes à pic, Ange de la mort.

Si jamais il avait eu ne serait-ce que la moindre base de français, Naoki lui aurait certainement répondu qu’il s’estimait davantage comme un Dieu que comme un Ange, même si il n’avait pas une idée très précise de ce que ces deux êtres pouvaient bien représenter. Il avait déjà entendu parler d'indénombrables croyances humaines mais il était bien incapable de leur démontrer un intérêt réel car il estimait toute leur société comme obsolète et pervertie. Cependant, il ne comprenait pas un broc à ce que venait de lui déballer sa cible et dans un coin de sa tête, il avait traduit le tout par « Yamete Kudasai, Naoki-senpai », mais il n’était pas question de Yamete pour le moins du monde, aussi incorrect grammaticalement cela pouvait-il être ! En posant la main sur son sabre, il s’apprêtait déjà à en finir sur un Shunpo expéditif lorsque le dénommé Félix tourna vers lui son tableau, pour qu’il puisse bien le voir. Sur son grand canevas, on pouvait voir une forêt dense dont les ténèbres abritaient une ribambelle d’yeux jaunâtres et menaçants. Au milieu de ce décor se trouvait un homme de profil aux très fins qui portait un long manteau blanc et ample, une épée bandée à la main. Sous sa chevelure d’argent, on apercevait un chiffre écrit en Japonais et qui se lisait trois, en Français.

-Finalement, je me serais lassé très vite de toi aussi.
-Qu.. ?

Avant de pouvoir formuler correctement sa surprise, Naoki commença à voir le monde tout autour de lui disparaître, comme si on modifiait la réalité qui se trouvait tout autour de lui. Les murs de pierre se retrouvèrent remplacés par de la terre dure et des arbres hauts qui commencèrent immédiatement à plonger tout ce qui se trouvait à leurs pieds dans un monde d’obscurité où des bruits de pas à la dérobée se faisaient entendre de tous côtés. Sans réellement comprendre ce qui était en train de se passer, il dut se rendre à l’évidence que les capacités des humains pouvaient être tout aussi inattendues que ce que l’on pouvait trouver dans la Soul Society. Autour de lui, il sentait diverses puissances spirituelles qui n’avaient rien d’ordinaire et il se savait cerné. Alors c’était comme ça que ses hommes s’étaient fait avoir.. ? Avec un soupir déçu, il détacha Hekireki de sa ceinture, se mettant en garde avec son arme. Autour de lui, une quinzaine d’animaux enragées sortirent des fourrées. On pouvait trouver ça et là des lions, des ours, des loups, des tigres et on pouvait même reconnaître un ou deux Hollows au design douteux ! Retirant sans se presser le bandage de son arme. Malgré le superbe étalage d’événements farfelus qu’on venait de lui faire tomber dessus, il avait toujours un problème.

-Tout ça c'est...Beaucoup trop faible.

Retirant le bandage de son Zanpakutô sans se presser, il commença par sectionner les deux Hollows présents en les coupant en plein milieu de leur masque. Le reste des bêtes lui tombèrent dessus avec violence, plantant crocs et griffes partout où cela était possible, donnant leur maximum pour attirer leur proie au sol. Naoki ne bougea pas tout de suite, attendant de voir le danger auquel il était réellement confronté, mais il se trouva bien déçu. Aussi aiguisés pouvaient-ils être, les armes naturelles de ses adversaires ne l’atteignaient pas et ne lui semblaient même pas posséder le moindre tranchant ou pointe. Une fois lassé de ce petit spectacle, il disparut d’entre la masse animale qui pensait avoir eu raison de lui. En un bond, il parcourut une dizaine de mètres et en se créant des plateformes de Reiatsu, il s’élevait de plus en plus. En écho autour de lui, il entendit la voix de Boisselier le narguer sur un ton hautain.

-Tu penses pouvoir t’échapper aussi facilement, hein ? Tu es bloqué pour toujours dans un monde créé avec un pouvoir qui te dépasses ! Mes créations vont continuer à se lancer à ta poursuite, sans relâche et à chaque fois que tu les détruiras, je me servirais de ton combat pour examiner tes points faibles et les améliorer en conséquence, jusqu’à ce qu’elles aient raison de toi ! Tu es fini, SHINIGAMI !

Il avait beau ne pas comprendre ce qu’il pouvait lui raconter, il ne pouvait s’empêcher de ressentir une certaine tristesse. Alors qu’il s’élevait de plus en plus vers le ciel artificiel sous lequel il se retrouvait bloqué, il repensait à ses sous-fifres qui avaient dû se retrouver perdus, livrés à eux-mêmes dans un environnement aussi déroutant. En tournant sur lui-même, il agrippa fermement le manche de son arme dans sa main droite et serra avec force son poing gauche. Il allait en finir en quatrième vitesse, il en avait déjà vu assez pour savoir que ce n’était certainement pas aujourd’hui qu’il verrait sa vie agrémentée d’un peu de piment. Tenant son Zanpakuto face à lui à l’horizontal, il laissa exploser son Reiatsu avant de frapper de desserrer son poing pour laisser ses doigts passer sur le plat de sa lame, dépassant le manche pour continuer jusqu’à son propre poignet, commençant déjà à modifier l’apparence de son arme.

-Todoroke, Hekireki !

Aussitôt, un fort courant électrique se dégagea du Shikai d’un noir d’ébène solidement attachée à son poignet droit. Sans plus attendre, il convertit une partie de l’énergie spirituelle à sa disposition en un fort courant électrique qu’il concentra sur toute la longueur de son premier stade de libération. Pirouettant sur lui-même, il se retrouvait la tête en direction du sol et arrêta son élan avec une nouvelle plateforme de Reiatsu, prêt à lancer sa prochaine attaque.

-Shinboku.

Après avoir prononcé le nom de sa technique, il se propulsa en avant comme une flèche en usant de son habileté au Hohô. Le Capitaine percuta comme une pierre le sol dans lequel son arme s’enfonça jusqu’à la base, repoussant les animaux baveux qui se trouvaient trop proches du point d’impact. Au tout départ, rien ne sembla se passer. D’un coup, Naoki fit exploser son Reiatsu en même temps que sa technique qu’il fit se disperser partout sous terre, les racines électriques de son sabre déchiquetant le monde artificiel dans lequel il se déplaçait avec hargne.

-Edawakare.

Tout autour de lui, l’énergie se mit à pulser de-ci, de-là. Le sol du monde tout entier se mit à se craqueler, commençant à s’effondrer sous le poids des créatures et de la végétation qu’il supportait. L’électricité mit feu à l’univers de peinture contre lequel elle s’était violemment retrouvée confrontée, consumant rapidement tout ce qui le constituait. Dans le monde « réel », le tableau s’était retrouvé couvert de fissures que l’on aurait pu assimiler à des cicatrices, donnant l’impression d’être un canevas en patchwork. En raison du choc des deux Reiatsus, le Fullbring explosa avec violence, repoussant le peintre qui se tenait juste à côté contre le mur de sa maison qu’il enfonça quelque peu. Lorsque la fumée de l’explosion se dissipa, elle découvrit un Shinigami particulièrement remonté qui avançait sabre dressé vers sa cible. Son Shikai avait été dissipé car à partir de là, il n’en avait plus besoin. Son visage toujours si calme avait les traits tendus et la mâchoire crispée sous le coup de la rage. Sans hésitation, il se dirigea vers Félix qui tentait de se recroqueviller vers le mur dans son dos, en vain. Naoki lui mit la pointe de son épée sur la gorge avec l’air le plus solennel qu’il pouvait prendre écrasé par sa propre colère qu’il tentait de contenir tant bien que mal.

-Maintenant qu'on en a fini avec ce petit jeu, il est temps pour toi de mourir, Boisselier. D’habitude, les Hollows que je pourfends se rendent à la Soul Society. Je me demande combien de temps cela fait que je n’ai envoyé personne aux Enfers.. ? N’oublie pas de saluer ceux qui t'ont précédé, quand tu arriveras sur place !

Décidé, il leva son Zanpakutô et se prépara à l’abattre sur sa victime qui ne pouvait plus rien faire, prêt à lui prendre sa vie qui n’avait que trop duré. Dans un grand fracas assourdissant, Naoki acheva son mouvement avec une stupeur indéniable. Non seulement celui qu’il voulait trancher était toujours indemne mais en plus, au lieu de se trouver bien sagement entre ses mains, son sabre s’était envolé à l’autre bout de la pièce, tournoyant dans les airs jusqu’à s’enfoncer profondément dans une colonne de pierre.

-Enfin ! J’ai bien crû que vous seriez en retard !

Tournant la tête vers l’endroit que scrutait le peintre, Naoki comprit pourquoi il n’avait rien vu venir et n’avait pas tout saisi du premier coup. Un peu plus loin d’eux se tenaient deux inconnus qui avaient fait un bien brillant boulot pour arriver à la dernière minute. L’un d’eux ne dégageait pas grand-chose d’impressionnant mais le deuxième, en revanche, en plus de posséder une puissance spirituelle qui n’avait rien de commune à celle d’un humain lambda, tenait d’une main une arme faite d’énergie spirituelle d’un bleu très clair à la forme étrange. Composée de trois anneaux entremêlés coupés par des vecteurs dirigés vers les trois points cardinaux et qu’il attrapait au milieu comme si il s’agissait d’un manche. Même si l’arme utilisée était différente de ce qu’il avait eu l’habitude de voir, il ne lui fallut pas bien longtemps pour comprendre ce qu’était cet homme, ce qui était d’autant plus étonnant qu’il les pensait tous morts. Pour la première fois en près de 400 ans, il se retrouvait nez-à-nez avec un Quincy. Cependant, il ne comprenait toujours pas ce que venait faire là le dernier type qui ne lui disait rien du tout. Non seulement il semblait dans un bien piteux état mais en plus, il ne semblait pas avoir quoi que ce soit de bien spécial. Profitant que Naoki ne baisse sa garde sous le coup de la surprise, le peintre plongea la main dans son manteau, les traits défigurés par un mélange affreux entre l’extase et l’envie de tuer.

-TU AS FAIS UNE GROSSE ERREUR, PENSAIS-TU VRAIMENT QUE MON FULLBRING SE SERAIT LIMITE A CA ?!


© Halloween sur Never-Utopia



avatar

Energie Spirituelle
Lettre: F
Pouvoir: Des grosses plaques
Inventaire:
Ancien capitaine de la 3ème division
Ancien capitaine de la 3ème division
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 43
Date d'inscription : 18/04/2016
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Morituri Te Salutant [Mission Solo] Mar 31 Mai - 15:45

La mort de Félix
(Suite et fin)



Armed With Death by The Walking Dead Game on Grooveshark



Au bout du pinceau de Félix se dessinèrent des lettres que Naoki ne put comprendre qu’en raison de quelques facilités en anglais dont il pouvait se vanter. Après avoir agité son instrument, le peintre avait écrit « Double » dans les airs et une fois le mot apparu, il vint se poser sur le torse du Shinigami sans crier gare. Dès lors, Naoki sentit son poids s’intensifier et il faillit mettre un genou en terre. On lui avait un peu expliqué tout le principe autour d’un Fullbringer ou au moins, tout ce qui était connu par les siens et jamais il n’avait entendu parler de quelqu’un ayant deux Fullbrings.

-Transforme-le en passoire, Hanz !

En tournant le visage vers la droite, le noble Dieu de la mort put apercevoir le scintillement distinctif d’une flèche d’énergie spirituelle qui s’apprêtait à partir dans sa direction. Il risquait d’y en avoir une bonne platrée, mais son corps refusait de l’écouter correctement. Avant que les projectiles ne soient envoyés, il commença à réciter une incantation à voix basse, espérant avoir le temps de réagir avant d’être criblé de flèches. Au moment où la première flèche quitta l’arc, le chef des Sano laissa le poids doublé de son corps l’attirer vers le sol, où il apposé les mains après avoir terminé ses formules.

-Bakudô 21, Sekienton !

Aussitôt, une épaisse purée de pois rougeâtre se déversa dans la petite pièce fermée, avalant les nombreux projectiles que le dénommé Hanz ne s’arrêtait pas de tirer une seconde, comme si il ne s’était rien passé. Même si il restait en mouvement à l’intérieur de son nuage de dissimulation, Naoki devait faire un travail d’orfèvre pour réussir à éviter les attaques qui n’arrêtaient pas dans sa direction, quoi qu’avec moins de précision. De temps en temps, il parvenait à en découper une avec Hekireki mais il avait l’impression d’être une impasse. Il avait été sûr de pouvoir les déboussoler et gagner un peu de temps pour établir une stratégie, si jamais il coupait leur champ de vision mais visiblement, ses adversaires entendaient cela sur un tout autre ton. Sans doute l’archer pouvait-il ressentir son Reiatsu, ce qui rendait toute dissimulation quasiment inutile, même si cela lui avait permis de faire baisser son adresse, il ne risquait pas de s’en sortir longtemps comme ça. Au bout d’un moment, ses adversaires en auraient marre et feraient appel à des techniques dotées de larges zones d’effet. Il lui fallait un plan pour se sortir de là, et vite. Non seulement il était en infériorité numérique mais il s’était pointé là sans plan, sans préparation et avait pris tout ce qu’il aurait pu trouver pour des opposants de seconde main. Décidant de se servir du Kidô pour continuer cette bataille qui n’était plus réellement en sa faveur, il s’extirpa du nuage de fumée en commençant à réciter de nouvelles phrases rituels. Avant qu’il n’ait le temps de finir, le Quincy se glissa dans son dos, la corde de son arc spirituel déjà bandée. Face à l’avalanche de flèche qu’il lui envoya dessus, Naoki se retrouva plutôt démuni et dut battre en retraite dans son Sekienton qui commençait déjà à se dissiper. Il avait reçu une flèche dans l’épaule droite et une autre dans le ventre, parvenant tant bien que mal à éviter les autres avec son corps lourd. Au-dessus de la fumée, Félix flottait dans les airs, certainement là depuis un bon moment, il venait d’achever une énorme onomatopée qui commençait à descendre sur le sort de Bakudô. Au moment où les deux entrèrent en collision, l’énorme « BOOOOOM !» écrit en noir se zébra de rouge avant d’éclater avec force, repoussant tous ceux qui étaient trop proches, défonçant le sol et dissipant presque entièrement le sort.

Cependant, il n’y avait aucune trace de celui qui l’avait jeté et Félix s’en trouva fortement décontenancé, ne sachant pas réellement sur quel pied danser. Son pouvoir était encore relativement nouveau pour lui, toutes proportions gardées, et c’était sans doute la première fois qu’il avait recourt à une explosion de la sorte, qui avait ruiné une bonne partie de son sol désormais en miettes, allant jusqu’à en ébranler les murs de la bâtisse. C’était clairement visible car c’était un riche type qui s’était entouré de bon nombre de babioles et autres objets inutiles qui devaient pourtant coûter un bras. En clair, ce n’était pas le genre à détruire volontairement les richesses qu’il avait accumulées, ce qui voulait donc dire qu’il testait toujours plus ou moins ses pouvoirs, qu’il n’avait pas forcément eu loisir d’exploiter comme il le souhaitait. Alors que se rendre compte de ça aurait pu le rassurer, lui faire se dire qu’il pourrait s’en sortir avec moins de mal. Cependant, il ne pensait qu’à ceux qu’il avait envoyé à leur mort et regrettait qu’ils aient trouvé leur fin face à un type au pouvoir inachevé. Au milieu des dégâts causés par l’explosion, seules trois figures étaient encore visibles. Félix se tenait le pinceau à la main, qui avait bien quadruplé de volume depuis sa libération, le Quincy qui s’était mis hors de danger avec son Hirenkyaku et enfin, un petit gars tout chétif qui se tenait avachi contre le chevalet où la toile s’était trouvée, quelques minutes plus tôt. Étrangement, tout autour de ce dernier, l’explosion avait causé de gros ravages. Le sol était défoncé un peu partout et tout le mobilier s’était envolé ça et là mais le chevalet, lui, tenait seul avec l’humain épuisé qui se traînait à ses pieds, le tout sur une dalle parfaitement intacte, miraculeusement épargnée par la déflagration. Malgré tout, le groupe d’humain avait totalement perdu la trace de leur adversaire et ne semblaient pas bien sûr de comprendre ce qu’il s’était passé. Le peintre commença à rire, transi de son propre pouvoir dont il entrevoyait à peine l’entière capacité.

-J’ai mis beaucoup trop de pouvoir, il n’en reste plus rien ! Les Shinigamis sont tous les mêmes, pitoyables, pathétiques ! Comment quelqu’un peut se prétendre être un Dieu, s’il n’arrive même pas à la cheville des humains !

Alors qu’il s’estimait déjà vainqueur, Hanz semblait pour sa part plutôt réservé. Il lui fit signe de se taire, certain qu’il y avait anguille sous roche, il souhaitait se concentrer et essayer de mieux comprendre ce qui s’était passé. Lorsqu’il saisit l’ampleur de leur erreur, il pivota sur lui-même et prépara une flèche, les yeux écarquillés.

-Félix, il est inv…

Réapparaissant soudainement en annulant son Kyokko lancé au préalable, Naoki délivra la sentence qu’il avait donnée à tant de Quincy par le passé à l’un de leur dernier représentant, lui sectionnant net le bras qui tenait le manche de l’arme. L’archer ainsi déstabilisé lâcha sa flèche avec une affligeante maladresse, éclatant une colonne porteuse située un peu plus loin. Le Shinigami avait été éclaboussé du sang humain avec un air impérial devant sa victime qui tomba à genoux, impuissante en tentant de se couvrir la blessure de la main, vainement. Le tranchant d’Hekireki se plaça sur son menton, afin de lui faire relever le visage et là, l’envoyé de la 3ème délivra le coup de grâce.

-Tu peux sentir mon Reiatsu et tu as une puissance destructrice pire que l’autre idiot. Je ne pouvais pas me permettre de te laisser en vie plus longtemps.

La tête de l’allemand roula paresseusement sur le sol jusqu’à glisser dans la crevasse que Félix avait créé plus tôt avec son pouvoir. Tandis qu’elle roulait doucement dans la pente, un silence de tombe s’abattit sur les lieux. A voir les regards des deux autres encore en vie, Naoki se doutait que ce devait être la première fois qu’ils se retrouvaient de ce côté-là de l’affrontement. En observant l’humain chétif qui demeurait accroché au trépied, il estima que le tableau qu’il pensait appartenir à Félix se trouvait en fin de compte être le Fullbring de l’autre petit personnage. Il ne semblait pas dégager une puissance suffisante pour inquiéter qui que ce soit, mais ses capacités pouvaient être dérangeantes. Toutefois, même si il avait réussi à protéger son trépied, il ne semblait plus capable de représenter une grande menace. Alors, le Capitaine se tourna vers la cible originelle de sa mission, envoyant valser le sang qui souillait son Zanpakutô d’un geste sec avant d’en diriger la pointe vers le peintre.

-Tu t’es bien amusé, mais il te manque des siècles d’entraînement pour m’arriver ne serait-ce qu’à la cheville. J’avais peur que l’âme de mes hommes ne trouve jamais le repos…commença-t-il avant de froncer davantage ses sourcils déjà très incurvés. Mais je sais maintenant que seul, tu n’aurais jamais fais le poids. Tes méfaits prennent fin aujourd’hui.

Il fit une petite pause et plia un peu le bras qui tenait son sabre pour pouvoir poser les doigts de son autre main sur le bout de la lame. Sans l’ombre d’un sourire, Naoki entreprit de lui expliquer quelque chose, même si ils ne parlaient pas le même langage. Le Trash Talk faisait partie de la coutume guerrière, après tout.

-Il y a un mot que je connais dans toutes les langues, c’est sans doute le dernier que tu comprendras de ta vie. « Gronde », Hekireki. Dit-il en disparaissant, libérant son Shikai pour la seconde fois, ce qui était à ses yeux bien trop, malgré la limite de puissance qu’on lui avait apposé. Meurs.

La lame de son Katar fit son office, sectionnant le pauvre bougre en deux qui n’avait pas encore tout compris. A l’aide de son Senka, il s’était retrouvé derrière Félix avant que celui-ci n’ait le temps de voir quoi que ce soit. Il était mort sans savoir comment et alors que son cadavre tronçonné en deux chutait en suivant immanquablement les lois de la gravité, la flamme de sa vie s’éteignit dans la plus totale incompréhension. Une fois cela fait, le bourreau scella de nouveau son arme et se retrouva en un clin d’œil aux côtés de l’humain au tableau. S’il avait libéré Hekireki une seconde fois, cela avait surtout été pour prendre de cours son adversaire avec un mot qu’il pouvait comprendre et le changement de l’arme, servant à affaiblir sa garde, ne serait-ce que l’espace d’un instant. Le regard las, il s’apprêtait à faire venir la faucheuse pour la dernière fois, pliant le bras sur le côté pour préparer son coup.

-Peu importe qui tu es, tu es tout aussi responsable qu’eux. Reprends-toi, c’est le mieux que tu puisses faire, maintenant.

Le chétif personnage ne lui répondit rien et il se dit qu’il était certainement sourd, sans même s’attarder sur le fait qu’ils ne se seraient sans doute même pas compris, même si il avait été doué de parole. Une fois le travail fini, il essuya son arme et se dirigea vers les âmes qu’il venait de libérer de leur coquille charnelle. Avec le plat de son manche, il les envoya un à un vers l’autre-monde, afin qu’ils ne se transforment pas en Hollows. La cérémonie se passa d’une façon des plus banales pour le Quincy et l’homme au tableau mais pour Félix, les portes de l’enfer firent leur apparition. Il le vit se faire emporter, impuissant et criant de toutes ses forces, les larmes lui montant aux yeux devant l’horreur de sa situation qu’il parvenait pourtant à peine à saisir. Examinant un peu les alentours, Naoki comprit que Félix n’avait jamais eu l’intention de faire le moindre prisonnier. Il attendait juste des adversaires puissants pour donner libre cours à ses capacités et essayer de les peaufiner. Les Shinigamis n’avaient été qu’un moyen pratique d’y parvenir, mais il s’était attaqué à quelque chose de bien plus fort que lui en les prenant pour cible, ce qui avait causé sa perte. Félix Boisselier est mort prématurément à l’âge de 34 ans, la cause estimée du décès étant un effondrement inexplicable de sa demeure. Une stèle fut érigée quelques années plus tard dans une église avec un charmant texte écrit en français, exprimant la tristesse et les regrets que son départ avait provoqués chez ses plus proches amis. Aucun d’entre eux ne suspecta une seule fois la déviance dans laquelle avait sombré leur camarade.


© Halloween sur Never-Utopia



avatar

Energie Spirituelle
Lettre: F
Pouvoir: Des grosses plaques
Inventaire:
Ancien capitaine de la 3ème division
Ancien capitaine de la 3ème division
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 43
Date d'inscription : 18/04/2016
Revenir en haut Aller en bas
Morituri Te Salutant [Mission Solo]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» I believe I can Fly... [Mission Solo]
» Ton destin t'appartiens (Mission Solo Rang C)
» [Mission Solo] A, A, A, Anarchie !
» Mission Solo
» Ave Imperator, morituri te salutant | Sether.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bleach : Kyoukai no Kanata :: Constance :: Le Monde Terrestre :: Europe-
Sauter vers: