AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Une journée interminable [Setsu Fuuizumi & Miyazaki Akira]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

 :: Constance :: Le Monde Terrestre :: Asie :: Japon :: Karakura
MessageSujet: Une journée interminable [Setsu Fuuizumi & Miyazaki Akira] Mar 5 Avr - 12:00




















 UNE JOURNÉE INTERMINABLE
Setsu Fuuizumi & Miyazaki Akira




Ma très longue journée commençait réellement à venir à bout de ma patience. Travailler comme serveuse pouvait s'avérer pratique quand le manque d'argent se faisait sentir, mais outre le chèque de paie, j'avais bien du mal à trouver un côté attrayant à mon emploi. L'uniforme suffisait à faire tourner bien des têtes et je ne supportais plus les remarques déplacées de tous ses mâles un peu trop en manque qui semblaient venir bien plus pour la vue que pour la nourriture en elle-même. En quelques heures, l'envie de coller mon poing au visage de certains s'était manifesté un peu trop souvent pour ma faible patience et si je n'avais eu la chance de passer mon excès de colère sur un idiot aux mains baladeuses en lui brisant certainement l'une de ses mains, j'aurais sans doute laissé mon impulsivité malmené tous les autres. Heureusement pour moi, ma patronne ne supportait pas plus que moi les pervers et je n'avais donc eu aucun ennui, mais je ne pouvais me permettre de crier sur tous les clients. Déjà, mes pourboires en souffriraient, mais le pardon qu'on m'avait accordé aujourd'hui n'était dû qu'à la tentative d'attouchement que cet idiot avait eu l'audace d'entreprendre sur la personne. Autrement, je me devais d'endurer les commentaires indécents en souriant si je ne voulais pas perdre mon unique source de revenu.

L'heure de fermeture était devenue une véritable libération en ces journées bien chargées et je pouvais enfin retourner tranquillement chez moi, là où les autres Vizards devaient déjà se trouver. J'entrepris donc le chemin de retour sur ma moto, toujours dans mon Gigai et donc visible du commun des mortels. Avec le temps, je m'étais bien habituée à la sensation de renfermement propre au port d'un corps artificiel, mais je préférais encore être sous ma forme d'esprit, où je me sentais bien plus libre de mes mouvements. Malheureusement pour moi, un véhicule qui se promène sans conducteur n'était pas ce que l'on pouvait qualifier de normal aux yeux des vivants. Aucun besoin d'attirer inutilement l'attention. Je pouvais bien faire l'effort de garder un peu plus longtemps mon Gigai. Au moins, la promenade en valait largement la peine.

La distance qui me séparait de mon domicile s'amenuisait au fil des kilomètres que je parcourais, vivant tout de même assez loin du restaurant où j'étais employée depuis quelque temps. Je n'avais plus qu'une idée en tête : me faire couler un bon bain chaud pour ainsi profiter de la tranquillité que j'avais tant espéré ces dernières heures. Je ne pensais pas m’entraîner aujourd'hui et je m'étais déjà décidée à reporter cela après une bonne nuit de sommeil. Je n'étais pas particulièrement fatiguée, mais il fallait bien que je me calme d'une façon ou d'une autre et si ce n'était pas en me défoulant sur quelqu'un, ce serait en me brûlant la peau avec de l'eau bien chaude.

Mes projets semblèrent tomber à l'eau dès l'instant où la pression de l'air changea, laissant place à un déchirement dans le ciel caractéristique de l'apparition d'un hollow. À mon grand regret, la créature se décida à se jeter au sol, là où j'avais l'intention de passer la minute suivante. Je m'obligeai à m'arrêter, voyant au loin l'énorme âme impure me faire dos, à la recherche d'un délicieux repas. Super ! Je n'avais pas assez de ces pervers qui passaient leur journée au restaurant, je devais en plus me retrouver coincée à m'occuper de cette stupide bête. Si je tenais à me rendre de l'autre côté, je devrais bien me débarrasser de lui d'une façon ou d'une autre. Où étaient les shinigamis quand on avait besoin d'eux ? Ne pouvaient-ils pas faire leur travail et me laisser rentrer tranquillement chez moi ? Je soupirai, exaspérée, alors que de mon téléphone s'échappait la sonnerie m'indiquant qu'il y avait un hollow à proximité. Je le retirai de ma poche, la colère s'affichant clairement sur mon visage, puis passai ma colère sur l'appareil.

« Non, mais sérieusement ! Je sais qu'il est là, bordel ! Tu pourrais pas te la fermer avant qu'il me repère ? »

D'accord, crier sur un téléphone n'était pas la solution la plus intelligente qui s'offrait à moi et j'avais sans doute l'air ridicule présentement, mais je ne pouvais m'empêcher de passer mes nerfs sur quelque chose et comme je ne pouvais pas me permettre de le lancer au bout de mes bras, je me contentais d'exprimer mon mécontentement à voix haute. Cela avait été assez difficile de m'en procurer un en premier lieu, je n'avais pas envie de le détruire et de devoir en trouver un autre. Je n'avais de toutes façons pas les moyens de dépenser de l'argent pour un nouveau téléphone et je le rangeai donc à sa place, inspirant un bon coup avant de sortir cette fois-ci un distributeur de Gikongan à la jolie tête de panda. L'idiot qui serait visiblement la prochaine victime de ma mauvaise humeur sembla finalement me remarquer, exprimant sa joie d'un cri primal. Le masque s'étira à l'ouverture de la mâchoire, alors que je m'imaginais déjà le jolie craquement qui résonnerait dès l'instant où mon poing se retrouverait contre cette hideuse figure.

« Autant en finir tout de suite... »



© Code de Phoenix O'Connell pour Never-Utopia
avatar

Energie Spirituelle
Lettre: F
Pouvoir: Jigoku Gen'kotsu
Inventaire:
Ancienne capitaine de la 5ème division
Ancienne capitaine de la 5ème division
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 76
Date d'inscription : 29/03/2016
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Une journée interminable [Setsu Fuuizumi & Miyazaki Akira] Mar 5 Avr - 16:04
Miya-chan & Setsu910 mots ▬ dialogue en #FF6699
Une journée interminable

Patrouiller dans le monde réel s'avère toujours être un plaisir. Parce que depuis le temps, tu as développé quelques astuces. Le téléphone spirituel, c'est pratique, tant qu'il ne bipe pas, tu profites de ton séjour, en le considérant comme de réelles vacances - ce qui veut dire que tu es en vacances à peu près neuf mois sur douze. Tu as même réussi à résoudre le problème du "où mettre ses achats quand on doit quitter son gigai ?" à partir du moment où tu avais acquis un Gikongan - celui-ci a résolu beaucoup de tes problèmes, notamment celui qui te faisait acheter un gigai toutes les deux semaines. L'esprit léger - c'est le cas de le dire - tu peux donc tranquillement vaquer à tes occupations, aussi inutiles soient-elles. Du moins, c'est ce que tu crois. Tu es persuadée que la journée sera superbe et que tu n'auras rien à faire, qu'on t'a envoyée ici pour rien et par simple précaution.

Tes espoirs s'évanouissent quand tu entends le fameux bip-bip, mentionné un peu plus tôt. Le portefeuille que tu avais en main, prête à faire des achats, en est tombé. Tu n'oublies pas de le ramasser, mais ce portable a vraiment décidé de t'empêcher de profiter de ta journée. Neuf mois de vacances dans l'année, pour une vie de Shinigami, c'est très peu ! Déprimée, tu te diriges vers l'endroit où la porte s'est ouverte, laissant ton gigai au bon soin de ton âme spirituelle préférée - à qui tu donnes pour mission de terminer ton shopping.

Grâce au Shunpo, tu arrives rapidement sur les lieux du crime - qui n'en est pas encore un. Assise sur une branche d'arbre - très inconfortable - tu remarques la présence d'une demoiselle aux cheveux blonds, qui s'est arrêtée en moto juste devant le Hollow en question. Soit elle a de la chance, soit elle voit clairement la bestiole - et ton zanpakuto parie sur le fait qu'elle l'ait vue, donc tu répliques qu'il s'agissait uniquement de la chance. Puis, il te fait remarquer qu'elle parle à un téléphone et qu'elle a un PEZ à la main, qu'il suppose être un distributeur de Gikongan. Tu réalises donc qu'il a gagné votre pari en te provocant, vu qu'une simple parole de sa part équivaut à de la provocation à tes yeux. Et maintenant, tu lui dois un service. Plutôt que d'y penser, tu lèves les yeux vers le Hollow, tu le pointes de la main et tu dis rapidement : « Bakudo no rokujūsan : Sajō Sabaku. »

Une chaîne dorée apparaît et enchaîne la petite chose descendue du Ciel -et ce n'est pas ce fameux Père Noël du monde terrestre. Malheureusement pour toi, le bougre est assez résistant. Un bakudo de ce niveau devrait le retenir, mais, par précaution, tu récites l'incantation qui lui est attachée afin de renforcer ton sort. Une fois ceci fait - ce n'est pas comme si tu allais faiblir face à quelque chose de ce rang - tu te mets debout sur ta branche, car tu estimes que ça rend la scène un peu plus épique et dramatique - quelque chose que tu apprécies, de manière générale.

Usant à nouveau de son Shunpo, tu sautes sur la tête de l'esprit déchu, où tu plantes ton zanpakuto à peu près au même endroit - sous les cris incessants de ce dernier, c'est probablement l'une des seules manières de le faire parler autant en si peu de temps. Surtout parce que tu le fais très mal, en fait - tes compétences étant assez limitées à au sabre. Le Hollow bouge, il veut se débarrasser de toi, donc tu dois lutter en t'accrochant à Shouken no Erimaki pour ne pas tomber. Tu regardes la demoiselle en bas, et tu lui adresses quelques mots, pour qu'elle ne fasse pas de mauvaises choses alors que tu tentes une "technique de la mort qui tue" :

« Mademoiselle ! Je sais que tu m'entends ! Alors surtout ne t'approche pas, à moins que tu veuilles que tes beaux cheveux finissent grillés ! »

Il faudra que tu lui demandes qui elle est, vu que tu te doutes qu'elle te voit, qu'elle voit le machin, qu'elle voit Shouken-kun. Mais tu n'as pas vraiment le temps de penser à ça - à moins qu'une chute de plusieurs mètres soit dans tes projets. « Hado no jūichi : Tsuzuri Raiden ! »

La cible voulue se retrouvant électrocutée, tu retires ton zanpakuto de ce qui lui sert de tête et, par la perte d'équilibre subie à cause du Hollow qui te faisait bouger dans tous les sens, tu glisses - rapidement - jusqu'au sol. Tu aurais pu te rattraper avec un sort, une fois encore, mais le temps t'en empêche, et tu finis par terre. Avec une violente douleur au bassin. Qui n'était pas prévue. Tu penses que l'affreuse bête est assez touchée, et qu'il ne lui en faudra pas plus - ou un petit coup à la limite. Alors, tu lèvres ta tête vers la blondinette, et tu lui souris.

« Plus de peur que de mal, n'est-ce pas ? »

Tu ne fais pas vraiment attention, parce que ta tête tourne encore un peu, mais si ça se trouve, tu l'as aussi électrocutée... Tu demandes à Shouken-kun, mais celui-ci ne répond pas. La réponse ne tardera cependant pas à arriver, simplement le temps que tes yeux se réadaptent quand ton tournis ira mieux.



Don't worry, I'm just lying.

Mademoiselle Setsu parle en #FF6699
Merci à Shiro pour ce joli avatar ♥️
avatar

Energie Spirituelle
Lettre: I
Pouvoir: Un ruban trop long
Inventaire:
Vice-capitaine de la 5ème division
Vice-capitaine de la 5ème division
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 350
Date d'inscription : 26/03/2016
Age : 23
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Une journée interminable [Setsu Fuuizumi & Miyazaki Akira] Sam 16 Avr - 17:09




















 UNE JOURNÉE INTERMINABLE
Setsu Fuuizumi & Miyazaki Akira




Je levai les yeux vers le ciel lorsque je ressentis enfin la présence d'un shinigami, quelques secondes avant qu'un sortilège de Kido ne soit lancé sur l'énorme bête qui me faisait toujours face afin de l'emprisonné. Son arrivée m'ennuya un peu, ne désirant aucunement devoir faire face à l'un de ces idiots du Gotei 13, mais je fus tout autant soulagé de ne pas avoir à me faire ce hollow bien mal tombé. Quoi qu'à bien y réfléchir, passer mes nerfs sur lui n'aurait peut-être pas été une si mauvaise chose.

Je rangeai le distributeur que je tenais toujours, alors que devant moi passait une jeune femme en quête de purifier la créature d'un bon coup de zanpakuto. Son intention ne sembla pas plaire à son adversaire et l'attaque fut bien loin d'être impressionnante, alors que la shinigami devait s'accrocher de force à la garde de son arme pour ne pas tomber. Un nouveau soupir menaçait de poindre, mais il se coupa net dans ma gorge lorsque mon regard se posa sur l'insigne de celle qui était maintenant la vice-capitaine de la cinquième division. Si je n'avais pas pardonné à la Soul Society de nous avoir lâchement abandonné, je n'avais jamais cessé de me soucier de mes anciens subordonnés et de la cinquième division. Au fond de moi, il y avait toujours cette part propre au capitaine que j'étais à l'époque et je ne pouvais que l'étouffer sans la faire réellement disparaître.

Je ne la reconnaissais pas. Certains diront que cela ne voulait rien dire, mais j'avais une excellente mémoire et j'avais bien pris le soin de connaître chacun des shinigamis ayant rejoint la cinquième division du temps où j'en faisais encore partie et celle qui se tenait devant moi n'était certainement pas l'un d'entre eux. Pourtant, je ne pouvais m'empêcher de me soucier un tant soit peu d'elle. La voir se démener ainsi m'ennuya soudainement davantage et l'envie de lui mettre un bon coup sur la tête ne manqua pas. Son kido me semblait très bien, mais ses capacités à l'épée manquaient cruellement. Je n'étais pas la mieux placée pour parler de cela, seulement je n'allais pas me lancer dans un combat en usant de techniques que je ne maîtrisais pas.

« Mademoiselle ! Je sais que tu m'entends ! Alors surtout ne t'approche pas, à moins que tu veuilles que tes beaux cheveux finissent grillés ! »

Je levai un sourcil en signe d'interrogation, alors que je l'observais toujours de l'endroit où je me tenais. Un instant, je me demandai s'il me fallait toujours intervenir, mais je ne pouvais m'empêcher de me tenir calmement à distance afin de voir ce dont elle était capable, curiosité oblige. Je tenais à savoir quel était le niveau actuel de la cinquième division et voir la vice-capitaine en action me semblait un bon début. Je ne tardai pas à voir une nouvelle fois ce dont elle était capable, alors qu'elle faisait appel au Hado numéro 11. Je m'éloignai un peu afin d'éviter de me prendre les répercussions du sort, puis croisai les bras en regardant la shinigami tomber au sol, me souriant bêtement.

« Plus de peur que de mal, n'est-ce pas ? »

Son travail était presque terminé, mais le hollow n'était toujours pas achevé malgré ses nombreuses blessures. Il ne tenait presque plus et seul son entêtement lui permettait de se relever de cette attaque pour en infliger une à son tour, visant celle qui était la responsable de son état. Je réagis cependant bien plus vite, attrapant la jeune femme par le dos de son shihakusho pour l'éloigner et la relever, alors qu'elle me semblait toujours un peu sonné par sa chute.

« Oï ! Reste pas plantée là à sourire, bordel ! »

Mes paroles faisaient écho de mon passé, dures et pourtant soucieuses à la fois. Si j'avais bien du mal avec les shinigamis, je ne pouvais me résoudre à m'en prendre à celle qui aurait très bien put être ma propre subordonnée sans cette histoire d'hollowfication. Je n'étais plus celle à qui revenait ce travail et sans doute n'avait-elle pas besoin de mes réprimandes, mais je ne pouvais pas m'en empêcher. Le hollow, quant à lui, avait bien du mal à tenir, mais il n'était pas prêt à laisser tomber le morceau. À le regarder, il n'en faudrait pas énormément pour mettre fin au combat. Je me retournai vers la vice-capitaine, un air sérieux sur le visage, puis lui asséna un coup sur la tête qui n'aiderait certainement pas à chasser son étourdissement.

« Ne te déconcentre pas tant que tu n'es pas certaine d'avoir vaincu l'ennemi. »



© Code de Phoenix O'Connell pour Never-Utopia
avatar

Energie Spirituelle
Lettre: F
Pouvoir: Jigoku Gen'kotsu
Inventaire:
Ancienne capitaine de la 5ème division
Ancienne capitaine de la 5ème division
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 76
Date d'inscription : 29/03/2016
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Une journée interminable [Setsu Fuuizumi & Miyazaki Akira] Mar 19 Avr - 18:45
Miya-chan & Setsu910 mots ▬ dialogue en #FF6699
Une journée interminable

Tu te sens voler. Et tu as l'impression de devenir sourde tant la voix que tu entends te brise les tympans. Et bien sûr, rien de tout cela ne va pas pour arranger ton état. Tu vois les nuages qui bougent à une vitesse incroyable, et des papillons les pourchassant. Décidément, tu as peut-être un peu trop d'imagination. Et, à ces papillons, viennent s'ajouter des canaris, lorsque ton crâne subit un énième coup. Tout ce romantisme dans les visions que tu as, tout ça, c'est superbe. Et puis, tu te rends compte que ta victime hollow est toujours debout, et que c'est la blondinette qui te fait vivre ces folles aventures. Tu ne comprends pas trop ce qu'elle te dit. Tu n'es pas en mesure de le faire. Tout ce que tu vois, c'est que la menace en face de toi ne s'est pas pliée à ta technique de la mort qui tue – et qui n'a donc pas tué. Irrémédiablement agacée par tout cela – vous pouvez constater une veine apparente sur le front de Setsu – tu tends ta main vers lui.

« Hado no nanajūsan ; Soren Sōkatsui. »

Viser juste ? Ce n'est pas un problème. La puissance ? Tu as largement utilisé ce qu'il faut pour l'achever. La retenue ? Tu ne connais pas. Et le mal de tête fait que tu te laisses tomber au sol, en étoile de mer, le temps de te remettre. Ce n'était qu'un tout petit hollow. Mais tu n'avais pas été sur le terrain depuis quelques temps. Ça t'apprendra à délaisser tous tes entraînements, à part le shunpo. Tu ne diras rien de cet événement, du moins, rien qui aille en négatif à ton égard – tu sais bien que ça te retombera dessus sinon. Tu souffles, un long moment, puis tu te redresses, assise, comme si rien ne s'était passé. Ton regard se porte vers miss blonde en moto. Elle n'a pas fait que te voir. Elle t'a fait voler, elle t'a parlé – mais tu n'as rien compris et tu te garderas de le dire –, elle t'a foutu un poing sur la tête. Qui était d'ailleurs, probablement, plus violent que l'un des tiens.

« Pourquoi tu m'as frappée ! Ça fait mal ! Et dire que je venais pour te sauver ! Puis si je meurs ça te regarde pas, alors me fais pas peur comme ça ! »

Le hollow qui avait survécu et le fait qu'on te donne des coups pour des raisons qui te sont inconnues... Tout est bon pour te mettre de mauvaise humeur. En plus, tu n'as pas pu finir ta journée comme tu l'as escompté. Ce qui a fait, qu'au final, tu as dépassé la limite de sorts que tu t'imposes normalement, le niveau soixante-dix. Le pire, dans toute cette histoire, c'est que tu sais que si tu ne croises pas de réelle grosse menace dans les dix prochaines heures, Shouken-kun refusera de s'activer quand tu l'appelleras – puisqu'il est très fort pour faire la sourde oreille.

Ce n'est, malgré tout, pas le détail qui t'intrigue le plus. La question que tu t'es posée précédemment te revient soudainement en tête, alors que tu l'avais oubliée, parce que tu es étourdie – tu l'es et tu l'étais littéralement. Tu te mets debout, pour faire face à la demoiselle humaine. Enfin, la demoiselle dans un gigai – vu qu'elle avait un distributeur PEZ. À moins qu'il s'agisse d'un homme dans un corps de femme – mais tu ne préfères pas imaginer aussi loin.

« Et d'où tu me vois ? Nan nan nan, c'est pas ça ma question. Qui es-tu, pour avoir un gigai et ne pas t'occuper d'un hollow ? Tu aurais pu le faire quand je suis tombée non ? Il ne me semble pas t'avoir déjà vue en plus. Et il t'a pas effrayée, alors j'espère que tu as une bonne réponse. »

C'est un manque de délicatesse, après tout, de ne pas achever quelque chose comme ça quand quelqu'un n'est pas en état de le faire. Tu hésites très sérieusement à prévenir un capitaine à ce sujet. Que ce soit le tien, ou un autre. Peut-être qu'il te faudrait de l'aide incessamment sous peu.

« Et je ne suis pas vraiment patiente en fait... »

Si Shouken no Erimaki se rend compte aussi que quelque chose cloche, il agira probablement. Et ça ne saurait tarder.



Don't worry, I'm just lying.

Mademoiselle Setsu parle en #FF6699
Merci à Shiro pour ce joli avatar ♥️
avatar

Energie Spirituelle
Lettre: I
Pouvoir: Un ruban trop long
Inventaire:
Vice-capitaine de la 5ème division
Vice-capitaine de la 5ème division
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 350
Date d'inscription : 26/03/2016
Age : 23
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Une journée interminable [Setsu Fuuizumi & Miyazaki Akira] Ven 6 Mai - 17:29




















 UNE JOURNÉE INTERMINABLE
Setsu Fuuizumi & Miyazaki Akira




Je voyais bien que la situation -et peut-être aussi ma réaction face à tout ce qui se passait- ne lui plaisait guère et l'ennuyait même plus qu'autre chose. Sans grande difficulté, bien que toujours sonnée, elle donna enfin le coup de grâce au hollow à l'aide d'un dernier sortilège de Kido. Je ne regardai qu'une fraction de seconde le spectacle qui s'offrait devant nous, c'était-à-dire l'évaporation de la créature, ne laissant derrière lui que le paysage habituel de Karakura. Mon attention se tourna immédiatement vers la jeune femme, croisant les bras sur ma poitrine alors qu'elle se couchait en étoile sur le sol. Était-elle si épuisée d'affronter un simple hollow. N'était-elle pas vice-capitaine ? Je savais bien qu'on imposait un sceau au visiteur du monde réelle haut-gradé, mais tout de même, les shinigamis étaient entraînés spécialement dans le but de pouvoir combattre. Il le fallait bien, avec les responsabilités qui venaient avec le travail.

Elle se redressa finalement, posant son regard sur moi. Son humeur s'affichait bien sur son visage, mais je pouvais lire une certaine incompréhension à mon égard, sans surprise. Je n'aurais certainement pas dû intervenir, mais l'impulsivité avait bien sa part dans toute cette histoire. Aurait-elle été ma subordonnée dans des conditions différentes ? Je ne pouvais répondre à cette question et je ne pouvais d'ailleurs pas me permettre de la laisser s’interroger un peu trop à propos de mon identité. Inutile d'attirer l'attention sur les Vizards. Après deux siècles, la poussière était peut-être un peu retombée et nous n'étions sans doute plus une priorité pour la Soul Society comme nous l'avions été dans les débuts, mais il était claire que si l'on nous repérait, nous aurions une visite de nos anciens collègues en un rien de temps. Je doutais fortement que le capitaine-commandant soit indulgent à notre égard.

« Pourquoi tu m'as frappée ! Ça fait mal ! Et dire que je venais pour te sauver ! Puis si je meurs ça te regarde pas, alors me fais pas peur comme ça ! »

Aucune question sur mon identité. Elles ne tarderaient sans doute pas à venir, même si pour l'instant, elle me paraissait bien plus préoccupée par son orgueil face aux remontrances d'une inconnue que par l’identification de cette dernière. Je me contentai de claquer ma langue contre mon palais, gardant les bras bien croisées sur ma poitrine. Son comportement presque enfantin du moment m'ennuyait tout autant que mon attitude semblait avoir plombé son humeur. Visiblement, les choses avaient commencé du mauvais pied, mais nos places respectives vis-à-vis du Gotei 13 ne laissait pas énormément de choix et toute autre circonstance se serait avérée surement bien pire. Autant dire que pour une shinigami et une Vizard, ce scénario était bien plus calme qu'il ne devrait l'être. Bien sûr, cela changerait sans doute si elle venait à comprendre qui j'étais, mais il valait mieux éviter cela pour le moment.

« Et d'où tu me vois ? Nan nan nan, c'est pas ça ma question. Qui es-tu, pour avoir un gigai et ne pas t'occuper d'un hollow ? Tu aurais pu le faire quand je suis tombée non ? Il ne me semble pas t'avoir déjà vue en plus. Et il t'a pas effrayée, alors j'espère que tu as une bonne réponse... Et je ne suis pas vraiment patiente en fait... »

Voilà les interrogations sur lesquelles je devais me montrer prudente. En dire trop ne causerait que des ennuis aux Vizards et il me fallait donc jouer sur la discrétion. Ce n'était pas comme si je comptais m'étendre de toutes façons. Maintenant debout face à moi, s'étant levée avant ses dernières questions, elle attendait mes réponses et je me doutais bien que je ne pourrais pas y échapper. Il me faudrait alors rester très vague et si cela était vraiment nécessaire, lui mentir sur mon appartenance au Gotei 13, car je ne pouvais pas la laisser suspecter la moindre chose à mon égard. Autant dire adieu à notre petite vie tranquille si les shinigamis étaient alertés de notre présence ici. Heureusement, les Gigais nous permettaient un certain anonymat, mais cela ne suffirait sans doute pas très longtemps et nous en viendrions soit à devoir partir d'ici, soit à devoir rester cacher un temps.

« Pardonne-moi d'avoir pensé qu'une vice-capitaine pourrait s'occuper bien mieux que moi d'un simple hollow. Et en ce qui concerne le fait de ne pas être effrayée par ce dernier, je pense que le simple fait d'avoir un Gigai répond de lui-même à cette question. Un shinigami est entraîné à combattre, si j'étais effrayée, ce serait bien piètre de ma part. J'allais me charger de lui avant que tu n'arrives, je prenais simplement mon temps pour analyser la situation. Je ne fonce pas tête baissée, voilà tout. »




© Code de Phoenix O'Connell pour Never-Utopia
avatar

Energie Spirituelle
Lettre: F
Pouvoir: Jigoku Gen'kotsu
Inventaire:
Ancienne capitaine de la 5ème division
Ancienne capitaine de la 5ème division
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 76
Date d'inscription : 29/03/2016
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Une journée interminable [Setsu Fuuizumi & Miyazaki Akira] Mer 11 Mai - 9:34
Miya-chan & Setsu749 mots ▬ dialogue en #FF6699
Une journée interminable

De manière générale, les gens sont souvent choqués de ta familiarité avec eux – et tu en as fait les frais plusieurs fois – bien que d'autre capitaines soient pires que toi – tu ne penseras à personne pour ne pas t'attirer de problèmes, tu as l'impression que ça te portera malheur. À l'inverse, vu que les gens n'osent pas trop te rendre cette façon de parler qui t'est propre, tu as souvent tendance à entendre de larges politesses, pour que tu puisses prendre exemple dessus et, ainsi, être plus à ta place. C'est ce que Shifu-san t'avait montré, et tu t'étais prêtée au jeu – parce qu'il fallait que tu le fasses, l'enjeu derrière ça était bien plus important que de simples courbettes – mais ça s'arrêtait là. Surtout, que tu avais été polie, tu avais dit « bonjour » et « sil te plaît ».

Et là, tu ne peux t'empêcher de retenir un fou rire. Blondinette pensait vraiment qu'elle pouvait te mentir comme ça alors que tu es la première à toujours le faire pour avoir ce que tu veux ? Tu es persuadée que, dans ta vie humaine, tu arnaquais d'autres humains, d'ailleurs. Et tu aimerais bien savoir si c'est la vérité ou non. Tu gardes ton zanpakuto en main et tu prends recul de quelques mètres. Il vaut mieux être prudente et préparée à agir, au cas où.

« Alors j'aimerais bien savoir pourquoi une simple shinigami ose frapper sa supérieure ? Même moi je ne le fais pas. » C'est pour dire la gravité du truc à tes yeux. « Tss, tss. Tu vas me dire que tu n'avais pas vu mon insigne, pas vrai ? Soit, soit. Mais alors, pourquoi après l'avoir vu, tu ne t'excuses pas de ça ? Tu me tutoies en plus. Qui es-tu pour le faire ? »

En réalité, le tutoiement tu t'en fiches. Cette fois-ci, tu t'en sers juste à ton avantage. Comme beaucoup de choses. Tu es toujours aussi méfiante de miss-je-te-mens, surtout parce qu'elle t'a menti à vrai dire, elle aurait très bien pu être une humaine avec une énergie spirituelle hors du commun – et donc ça aurait été logique qu'elle soit paralysée de peur devant le hollow. Mais elle ne pouvait pas changer sa version de l'histoire pour quelque chose comme ça. Premièrement, parce que sinon, tu penses qu'elle lit dans tes pensées, deuxièmement, parce que ça serait incohérent et donc tu n'hésiterais pas à attaquer, troisièmement... C'est ton idée, et tu n'aimes pas qu'on te pique tes idées.

Au début, tu étais sceptique sur la réaction de ton zanpakuto. Mais les derniers entraînements que vous avez faits ensemble ont l'air de l'avoir un peu... Socialisé ? Non. Il restera toujours aussi muet aussi longtemps. Cependant, il n'ira pas rechigner quand tu daigneras l'utiliser. Ce qui, actuellement, ne saurait tarder.

« Au vu de ce comportement... Tu seras donc tout à fait d'accord pour me dire qui tu es. Nom, prénom, division, etc. Ca ne devrait pas te poser de problèmes, puisque c'est une vice-capitaine qui te le demande juste en échange de l'affront que tu lui as fait. N'est-ce pas ? »

Il est vrai que la compensation, si on observe juste les faits, est faible. Officiellement, tu t'es faite frapper par une shinigami plus bas gradée que toi, qui ne s'est pas excusée de ça, et tu ne fais que demander son identité en retour. Pour une sentence peut-être pire, certes, mais tu en as tué pour moins que ça – surtout du temps où tu étais dans la deuxième division, étrangement. Officieusement, l'esprit que tu es se dit beaucoup d'autres choses, et tu poses ta deuxième main sur la lame de ton wakizashi. Tu sais qu'avec le recul que tu as pris, quand bien même elle se rapproche, tu continues de faire marche arrière, tu as largement le temps de libérer ton shikai et de la toucher avec – si elle est vraiment si banale que ça.

Et puis, que les autres croient ce qu'ils ont envie de croire. Papiers mis à part, tu remplis ton rôle de vice-capitaine. Et, dans l'immédiat, tu sais qu'elle peut être une menace pour tout le Gotei 13. Ton aura n'est pas menaçante, tu essaies d'être le plus neutre possible. Jusqu'au moment fatidique où...

« Nous nous entraiderons. » penses-tu, au même instant que Shouken-kun. Pour une fois que vous êtes sur la même longueur d'onde, tu devrais peut être remercier blondy-chan...



Don't worry, I'm just lying.

Mademoiselle Setsu parle en #FF6699
Merci à Shiro pour ce joli avatar ♥️
avatar

Energie Spirituelle
Lettre: I
Pouvoir: Un ruban trop long
Inventaire:
Vice-capitaine de la 5ème division
Vice-capitaine de la 5ème division
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 350
Date d'inscription : 26/03/2016
Age : 23
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Une journée interminable [Setsu Fuuizumi & Miyazaki Akira]
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Une journée interminable [Setsu Fuuizumi & Miyazaki Akira]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Une journée en Afrique
» Une journée à Soissons
» Haiti: Un chaos interminable (pour mieux comprendre)
» La journée internationale de l'alphabétisation sera célébrée ce 8 septembre en H
» Un journée presque comme les autres.../ PV électrique/

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bleach : Kyoukai no Kanata :: Constance :: Le Monde Terrestre :: Asie :: Japon :: Karakura-
Sauter vers: