AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

[Dans les rues] Cherchons le Respect - ft. Shifu.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

 :: Constance :: La Soul Society :: Seireitei :: Quartiers des divisions
MessageSujet: [Dans les rues] Cherchons le Respect - ft. Shifu. Dim 10 Avr - 10:54
Deux débuts en S et deux fins en U929 mots ▬ dialogue en #FF6699
Cherchons le Respect

Tu as pris une bonne résolution. Cela fait des années que tu dois la mettre en pratique, mais aujourd'hui, tu t'es enfin décidée à le faire : il faut que tu apprennes à Shouken no Erimaki à te respecter un tant soit peu. Chose, tu en es bien consciente, difficile. Ta volonté sera mise à l'épreuve, et c'est justement parce que tu pars pleine de bonne volonté, que tu penses que tu vas t'en sortir. Sachant que « s'en sortir » ne veut pas concrètement dire « y arriver ». C'est ainsi que tu abandonnes tous les papiers que tu dois remplir, pour une cause beaucoup plus noble – c'est la justification que tu donnes à ceux à qui tu refiles ton travail.

Grâce à ton grade, tu peux tranquillement retourner dans tes quartiers, là où ta chambre est beaucoup trop décorée. Ce n'est pas ta faute si le monde réel regorge d'objets insolites, que tu te sens obligée d'acheter et de ramener. Entre peluches, toiles tendues, petites boîtes en tous genres... N'importe quel inconnu serait en droit de se demander où tu peux trouver le calme et la sérénité nécessaires pour méditer ici. Mais tu y arrives, c'est une question d'habitude, et de goût surtout ; tu trouves cet endroit bien plus rassurant que beaucoup d'autres. Sur ton lit, tu t'installes et tu fermes les yeux, pour accéder dans ce lieu que toi seule connaît.

Ces rues, ressemblant à l'époque médiévale humaine, cette nuit noire où, malgré tout, tu vois parfaitement, ces quelques centimètres d'eau au sol et ce vent violent. Si, la première fois, tu avais regardé un peu partout, avec le temps, tu avais eu l'occasion d'explorer ton monde intérieur. Tu le connais très bien, et tu sais qu'il y a certaines façons de faire venir Shouken-kun. Tu t'allonges au sol, dans l'eau, et tu regardes le ciel sans lune et sans étoiles.

« Que me vaut ta présence ici ?  »

Il est rare qu'il se mette à te parler si rapidement, à moins que la notion du temps qui s'écoule ne te parvienne plus aussi bien qu'à l'accoutumée.

« J'aimerais que tu sois plus ouvert. Qu'on coopère ensemble. Tu acceptes à peine de te matérialiser dans la Soul Society, mais je ne peux pas progresser si tu refuses de faire mieux que ça ! »

Les bourrasques encore plus intenses qu'à ton arrivée expriment son mécontentement, et il te donne sa réponse à ta requête de cette manière. Pas réellement satisfaite – qui le serait ? – tu quittes cet endroit et rouvres les yeux dans ta chambre. Tu le feras changer d'avis, coûte que coûte ! Quitte à l'empêcher de bouger avec un Bakudo pour pouvoir le forcer à parler sous la torture !

Encore plus déterminée qu'au moment où tu as pris ta résolution – ou plus enragée, on ne saurait le dire – tu quittes ta division et tu parcours les rues du Seireitei. Ton objectif à présent était clair : trouver quelqu'un avec un bankai, de préférence un capitaine, et lui demander de l'aide. S'ils ont le bankai, ils ont forcément réussi à soumettre leurs zanpakutos à leur volonté, et tu as besoin de savoir comment faire – ça fait quand même plus de dix ans que tu travailles dessus !

Durant des heures durant – ou peut-être ce même nombre mais en minutes – tu cherches dans presque tous les quartiers quelqu'un qui réponde aux conditions que tu t'es posée juste avant de partir. Malheureusement, ton impatience te fait t'arrêter, et, comme une enfant, tu gonfles les joues.

« Il n'y a vraiment personne ici ? »

Sans réponse. Tu reçois juste, de la part de quelques shinigramis non gradés, un regard perplexe. Tu répliques par une expression violente de ton reiatsu durant une fraction de seconde – histoire qu'ils comprennent bien qu'ils n'ont pas à te regarder comme ça –, puis tu repars, à la recherche du futur Graal.

Ce n'est que quelques rues plus loin, que tu aperçois un haori. Les yeux brillants, tu ne prends même pas le temps de vérifier de quel capitaine il s'agit, tu as enfin trouvé ce que tu voulais. Shunpo utilisé, tu bondis vers cette personne, qui se trouve être le sauveur de tes tourments – du moins, c'est ce que tu penses actuellement. Arrivée devant lui, tu constates qu'il s'agit du capitaine de la dizième division. Dans ton esprit, c'est le meilleur choix que tu aurais pu avoir : les militaires devraient être en mesure de t'expliquer comment faire, non ?

« Shīfu-san ! » Tu mimes vaguement une respiration saccadée, que tu n'as absolument pas. « Tu tombes pile au bon moment ! – J'espère que je ne te dérange pas –. J'aurais besoin d'aide pour convaincre mon zanpakuto de faire preuve de bonne volonté, parce que je n'arrive pas-du-tout à le faire. Est-ce que tu peux m'aider s'il te plaît ? »

Tu lui souris, naturellement joyeuse de l'avoir trouvé. Tes longues années d'agonie allaient peut-être enfin s'arrêter grâce à lui. Tu ne le connais pas particulièrement – tu sais juste qu'il peut être brutal lors des missions mais on ne t'a rien dit de plus, et vu que vous n'êtes pas de la même division...– mais tu penses que c'est quelqu'un de bien, comme 90% des gens, même s'ils ne veulent pas l'avouer. Alors tu pries sincèrement qu'il accepte. Après tout, tu as demandé poliment, il n'a aucune raison de te refuser un service – que tu estimes comme étant quelque chose de simple pour lui...



Don't worry, I'm just lying.

Mademoiselle Setsu parle en #FF6699
Merci à Shiro pour ce joli avatar ♥
avatar

Energie Spirituelle
Lettre: I
Pouvoir: Un ruban trop long
Inventaire:
Vice-capitaine de la 5ème division
Vice-capitaine de la 5ème division
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 350
Date d'inscription : 26/03/2016
Age : 23
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [Dans les rues] Cherchons le Respect - ft. Shifu. Ven 15 Avr - 21:19
Voir tous ces soldats défiler devant moi était drôle. Tour à tour, ils venaient me défier sur le champ d'entraînement de la caserne et, tour à tour, ils se pliaient très vite devant moi. Je leur avais accordé cette faveur pour pouvoir m'entraîner, tout en leur proposant un adversaire de choix, mais aucun d'eux n'étaient à la hauteur. J'avais besoin que ma division soit plus efficace, plus puissante, et si c'était ce qu'il fallait pour au moins les aider à mieux connaître leur Zanpakuto, alors j'étais là pour eux. Après tout, le rôle d'un capitaine n'était pas que de régner sur sa division, il se devait aussi de vivre parmi ses soldats, de les aider. Après tout, entre les moins gradés et lui, la seule différence était le haori blanc qu'il portait fièrement sur ses épaules, et la connaissance parfaite de son épée. Ainsi, il n'hésita pas à exhorter les shinigamis sous ses ordres d'y aller plein pot, de libérer tout ce qu'ils avaient. Malgré tout, aucun d'eux n'avait la connaissance de leur Bankai, alors que très peu maîtrisaient leurs Shikai. Lui ne pouvait pas se battre sérieusement, puisque le pouvoir que lui offrait son Zanpakuto pouvait très vite devenir un poil destructeur, surtout avec l'utilisation qu'il en faisait... En somme, il s'ennuyait, il voulait se battre, il voulait voir des vrais chocs de sabre. C'était pour cela qu'il en était venu à ses autoriser à se ruer contre lui. Un exercice qui pouvait avoir plusieurs facettes, dans la mesure où ils ne devraient maintenant plus se battre contre moi, mais aussi avec les autres. Le travail d'équipe, c'était cela qui pouvait les sauver sur le terrain.

J'étais même allé jusqu'à leur faire une seconde faveur... Libérer mon Shikai, pour leur montrer ce dont il s'agissait vraiment. Mais cela ne dura pas longtemps et fut en réalité très bref, du fait que j'avais déjà pris la peine de tous les blesser, bien que ce ne fût que de manière légère. Les règles de mon Shikai étaient simples : tous ceux qui avaient étés blessés par Mitsutake pouvaient alors être soumis par son pouvoir, à savoir la gravité. D'un coup d'un seul, alors que mes lames de lumière apparaissaient dans mes mains, les soldats s'écrasèrent au sol. Il était maintenant temps d'aller manger. La journée coula ensuite naturellement, de la paperasse, toujours de la paperasse, à tel point que je n'en pouvais plus. J'avais très vite abandonné tout ça pour mon vice-capitaine, qui au fond était là pour ça. Ce n'était pas comme s'il lui restait beaucoup de choses à faire ! Et pour prouver que j'abandonnais le travail pour le travail, j'avais fini par feinter une patrouille avec ceux qui étaient de charge aujourd'hui. C'était une excuse valable !

En réalité, il s'agissait plus d'une balade qu'autre chose. Se délier les pieds, profiter de l'air frais... Quelle belle vie. Enfin, c'était une belle vie jusqu'à ce que je ressente une hausse brutale de reiatsu à proximité. S'agissait pertinemment que ce n'était pas une menace, je n'y avais pas fait attention dans un premier temps. Et ce, bien qu'il s'agît d'un reiatsu inconnu dans la juridiction de ma division. De plus, une telle énergie spirituelle ne devait pas m'être inconnue. Mais je n'étais pas là pour me prendre la tête, juste pour une promenade, dès lors, je n'y faisais pas plus attention et je traçais ma route. Mais cela n'avait servi à rien... Une personne avait fini par me rattraper avec un Shunpo. Il s'agissait du vice-capitaine de la 5e Division et sa manière de m'adresser la parole ne me plut absolument pas ! Elle était une vice-capitaine, j'étais un capitaine, donc par définition, son supérieur direct, je n'étais pas son ami. J'étais ainsi venu lui répondre tout en arquant un sourcil.

« Bonjour, tout d'abord. Et ensuite, Capitaine pour vous, je ne pense pas que nous soyons amis. Commencez-déjà par faire honneur à votre grade en étant plus polie, et peut-être vous aiderai-je alors. »
avatar

Energie Spirituelle
Lettre: G
Pouvoir: Nahagata Mitsutake
Inventaire:
Capitaine de la 10ème division
Capitaine de la 10ème division
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 27
Date d'inscription : 09/02/2014
Age : 19
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [Dans les rues] Cherchons le Respect - ft. Shifu. Ven 22 Avr - 11:33
Deux débuts en S et deux fins en U999 mots ▬ dialogue en #FF6699
Cherchons le Respect

Tu n'es pas le genre de personne qui se prend la tête. Au contraire, tu préfères laisser le vent te guider plutôt que de décider de tout ce que tu vas faire. N'est-ce pas aussi amusant de laisser le destin nous réserver quelques surprises ? C'est comme ça que tu le conçois. Par conséquent, tu as beaucoup de mal à t'imaginer la vie de ces personnes trop carrées à ton goût. Tu es bien d'accord sur le fait qu'il ne faut pas se détendre toute la vie non plus – bien que tu aimerais – mais ce n'est pas pour autant qu'il ne faut pas se reposer, ne serait-ce que trente secondes, dans la journée – sans compter la nuit de sommeil d'au moins huit heures.

Ça ne t'empêchait pas de respecter ton rôle de vice-capitaine, dans tous les cas. Sauf lorsque ça concernait une quelconque tâche administrative – tu trouvais majoritairement des excuses et/ou des sous-fifres pour faire ces choses là à ta place. Excepté ça, tu suivais presque tous les ordres de ton capitaine – tu ne vas pas dire oui à tout quand même – et tu aimais materner ceux qui avaient un siège ou plus en dessous de toi. Mais, en ce qui concerne les autres divisions – à part la deuxième où tu étais et la sixième de ton ami Akeshin – tu n'es pas très à l'aise avec ce genre de relations. Pourtant, ton habitude à la familiarité fait que tu n'es pas capable d'être instinctivement respectueuse, comme n'importe qui le serait. Paradoxe ? Un peu. Tu ne t'en préoccupes pas, et tu donnes l'impression de traiter tout le monde de la même façon, comme ça, personne ne te reprendra.

C'est bien pour tout ça, que la réponse du capitaine de la dixième division, vient de te choquer au possible. Comment a-t-il pu dire que tu n'étais pas polie, alors que tu fais en sorte de voir tout le monde avec une grande équité. Il y a quelques différences dans ta façon de dire : tu n'appelles pas ton capitaine par son prénom, mais tu dis bel et bien « Capitaine ». Parce que c'est ton capitaine. Le Capitaine-Commandant a le droit à cette exception aussi, et au vouvoiement – tu ne tiens pas à mourir instantanément. Et les autres capitaines, pour compenser, se voient attribuer un suffixe honorifique. Et donc.... ça n'était pas poli ? Bien. Tu vas tourner la phrase autrement, en évitant de faire preuve d'insubordination – mais ton air irrité transmet ce que tu penses de ça.

« Bonjour, Shīfu-san. Je t... » Décidément, c'est bien plus difficile que tu n'aurais pu l'imaginer. « Je vous prie de m'excuser de paraître impolie, mais je ne donne le titre de Capitaine, qu'à mon capitaine – vous comprenez je l'espère, il s'agit de quelqu'un de spécial pour moi. Pardonnez mon insolence. Fuuizumi Setsu, vice-capitaine de la cinquième division. J'espère que nous nous entendrons bien, et que nous serons amis, monsieur. »

Ton toi intérieur – pas ton zanpakuto, mais vraiment toi – est déchaîné. Il est rare que tu décides de jouer le jeu de « qui sait le mieux parler » – mais après avoir passé un long moment aux côtés de la famille Fuujima, tu sais très bien comment les bonnes manières fonctionnent. D'un autre côté, tu te dis que, finalement, ce n'était peut-être pas le meilleur choix. Tu sais que d'autres capitaines ne t'auraient pas fait de remarque à ce sujet, mais ce n'est pas plus mal. Au moins, il est honnête avec toi, et tu sais que ce n'est pas le cas de tout le monde – surtout des humains, qui ne voient en toi qu'une femme idiote facile à manipuler, mais passons, ce n'est pas le sujet.

Pour que les choses se déroulent comme tu as envie qu'elles se déroulent – et c'est un schéma complexe qui se dessine dans ta tête à cet instant – tu prends ton wakizashi, ainsi que son fourreau, pour l'y garder bien au chaud – tu ne veux pas qu'il ait l'impression que tu le mettes au défi, tu aurais déjà perdu de toute façon –, dans tes deux mains, de manière relativement solennelle – ça serait solennel si la situation s'y prêtait.

« Cet enfant est dissident, donc je pensais que t... » Encore une fois, tu te reprends. N'est-ce pas la preuve de tes efforts ? « Que vous seriez la personne la plus adaptée pour lui. Je peux le matérialiser quelques secondes ici, si jamais. »

Enfin, tu dis ça,mais tu n'es même pas sûre d'y arriver –  puisque le nombre de fois où tu as réussi en un an se comptent sur les doigts d'une main. Et pourtant, tu aimerais vraiment qu'il se décide à collaborer avec toi. À la manière d'une élève et de son professeur, tu as l'impression qu'il te recale toujours à très peu de la note nécessaire pour passer. Suite à ces nombreux échecs, ta frustration est devenue telle que tu ne cherches plus à comprendre : tu veux juste qu'il agisse ou qu'il te parle – l'un comme l'autre étant des choses très complexes.

Tes yeux se perdent sur Shouken no Erimaki. Tu aimes bien, son pouvoir, qu'il te prête. Mais tu commences à te demander si tu n'aurais pas préféré avoir une autre zanpakuto. Tu as pleinement confiance en ses capacités, mais tu doutes de lui. Tu es consciente que c'est quelque chose de mauvais, et tu as peur qu'il ne t'entende plus – et que tu ne l'entendes plus, d'autant plus qu'il parle peu. Alors si la solution pour régler ce problème est d'être polie avec un capitaine, plus que tu ne l'es avec le tien et autant qu'avec le grand chef, soit. Si la solution est de te soumettre à une autorité que tu ne considères pas comme étant plus haute que toi, alors soit. Pour la cinquième division, pour toi, pour Shouken-kun : Tu le feras.



Don't worry, I'm just lying.

Mademoiselle Setsu parle en #FF6699
Merci à Shiro pour ce joli avatar ♥
avatar

Energie Spirituelle
Lettre: I
Pouvoir: Un ruban trop long
Inventaire:
Vice-capitaine de la 5ème division
Vice-capitaine de la 5ème division
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 350
Date d'inscription : 26/03/2016
Age : 23
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [Dans les rues] Cherchons le Respect - ft. Shifu. Mer 4 Mai - 19:33
La qualité des vice-capitaines avait bien changé avec le temps. Mais au fond, ce n'était pas si étonnant. Au vu des rustres qu'il pouvait y avoir parmi les Capitaines, l'on pouvait croire que ces attitudes rudes étaient contagieuses. Il ne fallait tout de même pas oublier que j'étais son supérieur et que tout un monde nous séparait probablement. Elle était tombée sur le mauvais Capitaine, si elle voulait que je l'aide comme cela. En soit, je n'étais pas contre, ce serait même un réel plaisir de l'aider à progresser et ainsi mieux découvrir son Zanpakuto, mais je n'allais certainement pas le faire si elle continuait à s'adresser à ma personne de cette manière. Mauvaise pioche pour elle, elle était tombée sur l'un des Capitaines avec l'attitude la plus stricte : sans de parfaites politesses et un respect à toute épreuve, elle n'obtiendrait absolument rien de ma part. Et elle l'avait tout à fait compris. Du moins, c'était ce que son expression m'indiquait. Elle parut tout d'abord presque choquée de tels mots de ma part, pourtant, il ne s'agissait que de rudiments en société, voire même pire ici, dans un cadre militaire. Puis, cette expression fit place à un air irrité. Un air irrité qui n'avait totalement pas sa place ici. Voulait-elle vraiment que je m'en aille sans faire plus attention à ses demandes ? Il ne fallait pas oublier qu'ici, j'étais celui qui pouvait l'aider, et qu'elle n'était pas en mesure de faire preuve d'irritation !

Malgré cela, elle avait très vite compris, bien qu'avec un peu de mal ainsi que quelques étourderies. Elle ne voulait décidément pas m'appeler par mon titre, ce qui ne me plaisait guère en réalité. Mais à vrai dire, au vu de l'effort qu'elle avait pu faire, montrant sa bonne foi, je ne pouvais rester de marbre. Un capitaine devait être appelé par son titre, qui confirmait sa place au sein du Seireitei, ainsi, ce titre s'imposait à tous, elle n'avait pas à choisir avec qui elle pouvait utiliser ce titre. Après tout, son capitaine à elle avait la même place hiérarchique que tous les autres, exception faite pour le Capitaine-Commandant Tenno-sama. Les quelconques valeurs affectives ne pouvaient entrer en ligne de compte, quelque soit la relation qu'elle ait avec son capitaine et sa proximité avec lui. Je voulais bien excuser son impolitesse précédente, mais ce n'était pas pour autant que je pardonnais son insolence quant à cette préférence. Elle avait tout de même de la chance, j'étais dans une bonne journée aujourd'hui, et je voulais bien laisser passer sur cela, mais ce n'était pas pour autant que je n'en avais pas profité pour glisser une petite remarque.

« Sachez tout de même, Vice-capitaine Fuuizumi, que tous les Capitaines ont la même place hiérarchique. La préférence ne devrait rien avoir à faire ici. Exposez-moi votre problème et je vous dirai si je veux bien vous aider. »

Elle attrapa alors son arme et l'enleva de sa ceinture pour la saisir de ses deux mains et me la présenter. Elle était étrangement courte : il s'agissait en réalité d'un wakizashi, et je commençais déjà à cerner le problème qu'elle allait m'exposer. Il n'était apparemment pas du genre à obéir, et bien que je m'en voyais flatté d'être la « personne la plus adaptée », je n'avais tout de même pas raté sa tentative de tutoiement. Heureusement qu'elle s'était rattrapée : avec moi, les efforts étaient toujours récompensés. Néanmoins, lorsqu'elle me proposa de le faire apparaître à nos côtés quelques instants, un très léger sourire apparut sur mon visage, trahissant mon calme presque glaçant. Peut-être fallait-il commencer par là : elle n'irait pas bien loin si elle même ignorait comment pouvait fonctionner les Zanpakutos. Elle était la seule à pouvoir voir la forme spirituelle de son sabre, ainsi, tout ce qu'elle était en mesure de faire apparaître était son shikai.

« Tout d'abord, laissez-moi vous dire qu'il n'est pas possible pour quiconque d'autre que vous de voir la forme spirituelle de votre sabre. Et j'imagine que le problème vient d'un manque de communication entre vous deux ? Expliquez-moi d'abord en détail la situation, que je sache d'où provienne le problème, et libérez votre shikai, si cela ne vous dérange pas s'il vous plaît. »
avatar

Energie Spirituelle
Lettre: G
Pouvoir: Nahagata Mitsutake
Inventaire:
Capitaine de la 10ème division
Capitaine de la 10ème division
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 27
Date d'inscription : 09/02/2014
Age : 19
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [Dans les rues] Cherchons le Respect - ft. Shifu. Jeu 5 Mai - 13:47
Deux débuts en S et deux fins en U753 mots ▬ dialogue en #FF6699
Cherchons le Respect

Tu n'as pas manqué la remarque que le capitaine que tu as abordé t'a adressée. Ça ne changera, cependant, strictement rien. Tu le vois comme un capitaine, c'est un fait. Mais il n'est pas ton capitaine. Et ça change beaucoup de choses pour toi. Tu avais le même comportement quand tu étais dans la deuxième division après tout. Pourquoi changer ? Tu penses que c'est en restant fidèle à toi même que tu as réussi à être vice-capitaine aujourd'hui, et donc tu n'as pas du tout l'intention de modifier tes principes. Tu vas probablement agir en conséquence pour avoir ce que tu veux, comme d'habitude, mais tu n'apprécieras pas, et ce moment restera gravé dans ton esprit – jusqu'à ce que tu sois en mesure de riposter, ce qui est loin d'être le cas actuellement.

Ton avis est mis en doute à un instant. Ou confirmé, tu ne sais pas trop. Au moment où tu tiens ton wakizashi en lui expliquant la situation, il se met à sourire – ce qui te perturbe grandement. Soit, il devient aussi mignon que toi et décide d'user de l'argument « sourire », soit il se moque de toi... Un tas de possibilités s'offrent à toi, et tu ne le connais pas assez pour réussir à déterminer la vérité. Il t'apprend donc deux trois choses sur la matérialisation, que tu ignorais puisque personne ne t'en a jamais parlé – et encore moins Shouken-kun que les autres. Si toi seule peut le voir, tu aimerais le voir un peu plus souvent !

« Un manque de communication, je l'ignore. Je lui parle souvent, mais il ne me répond pas. Par exemple, si jamais un jour je lui demande s'il va bien, il me répondra quelques mois plus tard « Oui » ou « Non » mais je comprendrai pas pourquoi puisque j'aurai oublié ! » Tu reprends doucement ton souffle. « Quant au shikai... Veuillez ne pas le toucher. Enfin, vous pouvez. Je dis juste ça pour vous. »

Il faut croire que tu as réussi à prendre l'astuce du vouvoiement : il suffit de ne pas trop utiliser ce mot et de lui parler de façon un peu indirecte, comme ça, tu ne l'appelles pas non plus « Capitaine », et tout se passe bien dans le meilleur des mondes pour toi. Tu remets ensuite le fourreau à sa position habituelle, pour ne prendre que la lame. Tu n'as pas une pression aussi importante que la personne face à toi, mais tu vérifies tout de même les alentours. Tu ne voudrais pas qu'un jeune novice subisse les effets de ta libération – au pire, c'est pas ta faute, c'est un capitaine qui te l'a demandé n'est-ce pas ?

La lame pointée vers les cieux, tu suis la position que tu as tant l'habitude de prendre. Une main sur la garde, l'autre en haut de la lame, tu peux enfin lui demander te de prêter une partie de ses pouvoirs. Bien que tu aimerais en avoir une autre partie...

« Enlace, Shouken no Erimaki. »

Tu lui révèles ainsi l'apparence de ton shikai : un bâton faisant presque ta hauteur avec, à son extrémité, un immense ruban blanc. Puisque la longueur s'est accumulée sur le sol, le tissu doit bien t'arriver un peu en dessous des genoux, et prend une place considérable entre vous – alors que c'est visible à partir de sa partie liée au bâton, il ne s'agit que d'une fine étoffe de soie – il semblerait –  d'une vingtaine de centimètres de largeur. Pour que le capitaine de la dixième division aperçoive mieux, tu enroules ton zanpakuto de toute sa longueur autour de ton cou, sans le serrer, en faisant une dizaine de tours, le bâton étant dans ton autre main.

« J'avoue ne pas avoir vu d'autres enfants aussi grands que lui pour l'instant, vraiment en terme de taille. Mais il est vraiment instable. J'ai réussi à le voir qu'une seule fois dans ma vie alors que je m'entraîne au bankai depuis plusieurs années. Si vous pensez que je ne suis pas adepte de la discipline, ce shikai est votre némésis. »

Dans un sens, tu es curieuse de voir sa réaction vis à vis de cette forme peu commune. De l'autre, tu penses que la rencontre peut être explosive, même si tu n'as aucune idée de comment il peut s'y prendre. Les minutes à suivre te donneront la réponse aux interrogations que tu te poses. À tes risques et périls.



Don't worry, I'm just lying.

Mademoiselle Setsu parle en #FF6699
Merci à Shiro pour ce joli avatar ♥
avatar

Energie Spirituelle
Lettre: I
Pouvoir: Un ruban trop long
Inventaire:
Vice-capitaine de la 5ème division
Vice-capitaine de la 5ème division
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 350
Date d'inscription : 26/03/2016
Age : 23
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [Dans les rues] Cherchons le Respect - ft. Shifu. Mer 25 Mai - 21:57
Bien que cette demoiselle ait connaissance de son Shikai, chose d'ailleurs tout à fait nécessaire pour une vice-capitaine, elle semblait malgré tout très loin d'avoir son Bankai. La preuve en était son manque de connaissances sur son sabre, mais aussi sur ses manières de fonctionner. Elle avait cru pouvoir appeler ici la forme spirituelle de son Zanpakuto, alors que cela ne lui était possible seulement à elle, et dans son monde intérieur. Le problème était que le Bankai agissait exactement à l'inverse. En effet, si, pour communiquer avec son Zanpakuto, un Shinigami devait se rendre dans son « monde intérieur », soit l'espace spirituel où la forme première du Zanpakuto nous pouvait qu'apparaître, à l'inverse, le Bankai était l'appel de son Zankaputo dans le monde réel. Si déjà, elle ne maîtrisait pas ces notions, nous partions sur de mauvaises bases. Mais je ne pouvais lui en vouloir, si toutefois, il subsistait véritablement entre elle et son arme un manque de communication.

Et j'avais raison, selon la réponse qu'elle m'avait apportée. À ce que j'en comprenais, elle s'entichait à lui parler, mais il ne répondait jamais. Un cas qui pouvait être classique sans pour autant être très répandu... Mais quoi qu'il en soit, la faute était toujours d'accuser son sabre sans se remettre en cause. Bien généralement, s'il réagissait comme cela, c'était parce qu'il attendait quelque chose de la part du Shinigami qui l'avait en main, soit parce que le dieu de la mort avait fait une faute là où il ne le fallait pas. Avant de brandir un Zanpakuto, il fallait mériter sa présence entre ses mains, auquel cas la progression n'était clairement pas assurée. Mais nous ne pouvions pas rester indéfiniment sur des mots, alors que je n'avais pas toutes les clefs en main pour pouvoir l'aider. C'était pour cela que je lui avais demandé de libérer son Shikai : c'était d'autant plus simple comme cela pour l'aider. Peut-être même que, si elle faisait des efforts, je pourrais l'inviter au terrain d'entraînement de la division.

Ainsi, elle fit se transformer son sabre. Et ce dernier devint un bâton, surmonté d'un très long ruban. À la libération, une certaine quantité de Reiatsu influa, mais cela ne gênait personne, dans la mesure où cette pression n'avait pas d'effet sur moi, et où mes subordonnés avaient continué leur promenade. Le bâton était assez grand, mais il ne devait pas avoir beaucoup de capacité offensive. D'autant plus qu'elle m'avait dit de ne pas toucher, alors ce bâton, ou plutôt ce ruban au vu de sa longueur témoignant de son importance, devait avoir des effets très caractéristiques. Lesquels ? Je ne pouvais faire une estimation à vu d'œil. Mais malgré tout, je pouvais presque affirmer que son Bankai serait d'avantage axé sur le défensif. Néanmoins, ma curiosité me rattrapa presque. En effet, à la vue de ce long ruban blanc, j'eus l'envie d'y entrer en contact, pour simplement en connaître les effets, à l'instar d'un effet qui voulait irrémédiablement faire ce que l'on lui avait strictement interdit de faire. Mais je me devais de garder ce sérieux qui me caractérisait tant. Je m'étais façonné une image, je devais maintenant m'y tenir.

Elle m'apporta ensuite quelques éléments en plus quant à sa situation. « Shouken no Erimaki » était ainsi instable et n'était apparu qu'une seule fois pendant l'apprentissage au Bankai de la demoiselle. L'air pensif, pendant une longue minute, je gardais le regard perdu dans son bâton. Au fond, peut-être mon idée première était la bonne. Peut-être bien que son Zanpakuto ne voulait pas entrer en contact avec elle pour la simple et bonne raison qu'il pensait qu'elle n'était pas digne de lui. Et il s'agissait pour moi d'un premier axe intéressant sur lequel se pencher. J'allais même lui faire un honneur... J'étais le genre d'homme à souvent allier le geste à la parole. Ainsi, j'avais attrapé Mitsutake et j'avais doucement commencé à le sortir de son fourreau. Plus qu'une explication et une aide, elle allait avoir le droit à un véritable court pratique.

« Écrase, Mitsutake. »

L'espace d'un très court instant, une ou deux secondes à peine, mon Reiatsu augmenta d'un coup d'un seul, avant que je ne puisse le contrôler à nouveau. Au moment où j'avais invoqué mon Shikai, j'avais positionné mon sabre de manière horizontale devant mon torse, pour ensuite passer ma main sur le plat de la lame. Le sabre s'illumina alors, pour changer de forme et se dédoubler. Et avant de reprendre l'explication, j'avais positionné les deux lames dans les airs, de part et d'autre de mes épaules, comme si elles lévitaient. J'avais hâte de voir sa réaction quant à mon Shikai.

« Voici la première forme de Mitsutake. Sachez tout d'abord que le Bankai réside en l'inverse de vos discussions avec la forme spirituelle de votre Zanpakuto, dans votre monde intérieur. Si dans un tel cas, vous vous y rendez pour pouvoir discuter avec lui, pour le Bankai, il s'agit d'invoquer votre Bankai dans le monde réel, ce que vous n'êtes pas sans savoir. Sauf que pour pouvoir saisir un Zanpakuto, et d'autant plus en invoquer le Shikai, il faut le mériter. Peut-être n'est-ce pas lui le problème, mais vous ? Peut-être tout simplement qu'il considère que vous n'êtes pour l'instant pas à la hauteur, qu'il a des attentes. À vous de vous dire qu'il n'apparaît pas, que cela est de votre faute, et peut-être serait-ce une avancée. »
avatar

Energie Spirituelle
Lettre: G
Pouvoir: Nahagata Mitsutake
Inventaire:
Capitaine de la 10ème division
Capitaine de la 10ème division
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 27
Date d'inscription : 09/02/2014
Age : 19
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [Dans les rues] Cherchons le Respect - ft. Shifu. Lun 30 Mai - 11:04
Deux débuts en S et deux fins en U946 mots ▬ dialogue en #FF6699
Cherchons le Respect

L'espace d'un instant, de quelques secondes, ton souffle a été coupé et tu as même resserré instinctivement ton shikai autour de toi pour qu'il puisse couvrir une plus grande partie de ton corps. Le reiatsu que le capitaine a libéré, tu ne t'y attendais pas, et donc, la surprise fut telle que tu as manqué de peu d'avaler de travers. D'autant plus que ce n'est pas un reiatsu auquel tu es habituée. Dans tous les cas, tu as clairement senti que sa réserve de reiryoku était bien plus élevée, et que l'usage qu'il pouvait en faire était plus écrasant, à l'instar de la phrase d'invocation de son shikai. Bien trop concentrée à maintenir le ruban qui s'est placé autour d'un bras, de ton buste pour finir jusqu'à ton cou, tu ne remarques même pas le changement de forme qui s'effectue face à toi. Tu es vraiment à la limite d'utiliser un bakudo, mais tu te persuades que tu ne risques rien, et, surtout, que ce n'est pas l'endroit.

Lorsqu'il te donne la leçon basique du shikai et du bankai, tu reviens à la réalité. Tu l'écoutes, bien sûr, puisqu'il a l'air plus enclin à t'aider. Cependant, voir deux lames en lévitation n'est pas courant. Tes envies te soufflent d'utiliser Shouken no Erimaki pour aller en attraper une et regarder. Même lui semble curieux, tu le sens au fond de toi. Tu évites malgré tout. Tu as déjà eu du mal à faire avancer cette conversation vers le sens que tu voulais qu'elle ait, alors tu ne vas pas ruiner tes efforts pour un simple élan de curiosité. Quoi que, tu pourrais au final, cela montrerait que tu n'es pas qu'une gamine qui parle sans agir et que tu n'as pas froid aux yeux. Ce qu'il te dit te fait tilter, et t'empêche d'aller plus loin dans ta démarche. Le problème viendrait de toi ?

Tu ne sais pas trop, tu es assez sceptique. La question est bonne à poser malgré tout. Qu'est-ce que Souken-kun pourrait attendre de toi ? Tu ne sais pas, il ne te l'a jamais dit. Mais tu ne lui as jamais demandé non plus. Tu as souvent fait le premier pas vers lui, et tu as été bien patiente avant qu'il te révèle son nom – vingt-six ans de ta vie ! – mais cette fois, le cas s'inverse peut-être. Si ça se trouve, il patiente en attendant que tu lui montres quelque chose, et tu n'en avais aucune idée.

« Il nous arrive d'être sur la même longueur d'onde, genre, en combat, bizarrement. C'est les moments où il me parle le plus, il se moque même de moi parfois. Ça me fait toujours étrangement plaisir. » Tu en ris un peu avant de commencer à desserrer ton moyen de défense afin qu'il retombe au sol.

Les yeux baissés vers le ruban qui s'accumule à nouveau à terre, tu te fais mélancolique. Tu sais que certaines personnes s'entendent naturellement bien avec leur esprit. Tu aimerais que ce soit ton cas. Surtout qu'il a été créé à partir de toi, non ? Alors ça devrait être possible. Tu soupires et et le ré-enroules autour de ton cou, tu ne tiens pas à ce qu'il se salisse. Tu tiens à l'éclat de la blancheur de ce cher zanpakuto, donc autant éviter des catastrophes. Il pourrait aussi t'en vouloir pour ça, et tu en as conscience – il est assez coquet en plus d'être capricieux, mieux vaut ne pas partir sur quelque chose de dramatique. Après ce que le militaire vient de te dire, tu vas sûrement te montrer plus attentive à ce que Shouken no Erimaki veut, même s'il ne te dit rien.

« Comment vous avez montré que vous étiez digne de Mitsutake ? » Voilà quelque chose qui t'aiguillera peut-être. « Enfin, je comprendrai si vous répondez pas. »

Quelle imbécile tu fais, il n'a aucune raison de te dire quelque chose comme ça. Toi, tu ne le dirais pas en plus, tu penses que c'est quelque chose de très intime, entre le zanpakuto et le shinigami. Tu ne t'attardes pas trop sur ça, par conséquent, et tu reprends de manière assez rapide :

« Par contre, si vous acceptez de m'entraîner, je ne suis pas contre. »

Puisque c'est lorsque vous combattez ensemble que vous arrivez à vous entendre, peut-être qu'il te dira à ce moment ce qu'il cherche. Et, tu auras fait le premier pas pour avoir proposé ça juste après avoir révélé ce détail. Tu doutes du fait que ça puisse réellement fonctionner, mais tu n'as pas grand chose à perdre. Peu importe le résultat final, lorsque tu auras le bankai – même si tu n'es pas certaine de l'avoir – tu iras prévenir Shīfu-san. Il t'a aidée après tout, il mérite bien de savoir. Disons que c'est aussi ta façon de rester polie face à lui, puisqu'il y tient tant. Même si, tu ne le sais pas encore, tu auras beaucoup de mal à lui en faire une démonstration.

« Notre conversation n'engage à rien de toute façon, un refus serait donc compréhensible. »

Te revoilà avec ça. Ta façon d'insister sur le côté pessimiste de la chose te montre bien que, d'une part, tu as peur de ce que ça pourrait donner, mais aussi que tu ne penses pas qu'il accepte. Au fond de toi, tu veux peut-être que tout s'arrête ici et que tu te débrouilles seule pour la suite, mais tu sais que tu y arriveras moins bien de cette façon. Et puis, ce n'est plus à toi de jouer, tu as déjà dévoilé beaucoup de tes cartes, laisse donc leur tour aux autres.



Don't worry, I'm just lying.

Mademoiselle Setsu parle en #FF6699
Merci à Shiro pour ce joli avatar ♥
avatar

Energie Spirituelle
Lettre: I
Pouvoir: Un ruban trop long
Inventaire:
Vice-capitaine de la 5ème division
Vice-capitaine de la 5ème division
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 350
Date d'inscription : 26/03/2016
Age : 23
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [Dans les rues] Cherchons le Respect - ft. Shifu. Dim 5 Juin - 19:16
J'avais peut-être été un peu trop brusque avec cette demoiselle, en dévoilant Mitsutake comme cela. En libérant mon Shikai, j'avais laissé sortir une quantité de reiatsu visiblement un peu trop grande, et de manière un peu trop spontané. Il était vrai que j'avais devant moi une Vice-Capitaine. Par conséquent, son niveau lui permettait de résister à ma pression spirituelle. Du moins était-ce assez pour ne pas l'écraser au sol, ou lui faire mettre un genou en terre. Mais un reiatsu du niveau d'un capitaine était toujours surprenant, d'autant plus lorsque l'on ne s'y attendait pas. J'avais aussi cette propension à utiliser ma pression spirituelle de manière un peu trop violente et le résultat se voyait. Avec le Vice-Capitaine Fuuizumi elle-même, l'on pouvait remarquer qu'elle n'était pas à l'aise. Dire que pourtant, mon Reiatsu n'était rien en comparaison de ce dernier couplé à la pression gravitationnelle de Mitsutake... Comme quoi d'ailleurs, c'était en l'appliquant à une Vice-Capitaine que je me rendais compte à quel point l'utilisation de mon Reiatsu pouvait être efficace contre les shinigamis dissidents de ma division. Leur faire courber l'échine pour leur apprendre le respect.

Mais par chance pour elle, la pression n'avait été que ponctuelle et non prolongée... Même s'il aurait été intéressant de tester sa résistance sur une durée plus longue ! Mais je n'étais pas là pour cela, du moins pas pour le moment. Il était vrai que j'avais un léger penchant sadique pour accompagner ma brutalité naturelle, mais je n'étais pas là pour m'amuser, et encore moins avec une shinigami gradée. Il n'y avait rien de plus dégradant que cela, j'allais donc devoir faire preuve de retenue pour ne faire que l'aider dans sa quête de Bankai. Bien que je visse bien son regard converger presque naturellement vers mes aerolames, j'avais tout même visiblement réussi à aborder un point intéressant. D'ailleurs, comme pour plus jouer avec son attention, j'avais déplacé mes lames pour les places en lévitation au-dessus de mes paumes de la main, avant qu'elle ne me réponde enfin. Selon ses dires, ils n'arrivaient à s'entendre véritablement que dans une seule et certaine situation : le combat. Cela nous donnait déjà plus de pistes... Si ce n'était que cela, nous pouvions vite nous arranger. Et je ne disais pas ça parce que j'avais aussi envie de me défouler !

Elle enchaîna tout de suite après avec une question assez intéressante... Comment Mitsutake et moi avions-nous tissé ce lien qui nous caractérisait tant ? À vrai dire, le vieux n'était pas quelqu'un qui aimait spécialement la solitude, comme tout vieux d'ailleurs ! D'autant plus lorsqu'il s'était rendu compte de tous les efforts faits pour le maîtriser. Au fond, le connaissant, j'imagine qu'il s'était senti flatté, non sans m'avoir aussi mis des bâtons dans les roues. Puisqu'évidemment, comme tout vieux... Il pouvait être chiant. Mais malgré tout cela, ce qui m'avait le plus aidé était l'un de nos principaux points communs : il aimait la baston. Et sans moi pour maîtriser pleinement ses capacités, il n'aurait jamais pu se défouler avec moi. Peut-être était-ce même-là la raison de mon utilisation de ses pouvoirs de manière outrancière... En outre, si j'avais été quelqu'un de bien plus pacifiste, peut-être ne nous serions pas aussi bien entendus.

« Mitsutake et moi nous sommes toujours bien entendu. D'abord parce qu'il s'est toujours senti flatté de tous les efforts que j'ai fait pour apprendre à le maîtriser au mieux, mais aussi parce qu'il aime autant se battre que moi ! »

Vint enfin la partie la plus intéressante de notre discussion... Elle me demandait de l'entraîner. Baston ? C'était une invitation à la baston ! Elle me donnait le droit de me défouler sur elle, le tout dans le but de l'aider à développer son Bankai, bien évidemment ! Comment diantre pouvais-je refuser cela ? Et pour en entraînement efficace de ce genre, je pouvais même faire participer pleinement le vieux ! Après tout, si c'était pour son Bankai, la meilleure chose qui pouvait l'aider était un Bankai lui-même ! Non ? Oui, je m'excitais un peu trop, mais après tout, elle voulait se battre ! Mieux qu'une promenade, rien ne valait une bonne baston pour se détendre ! Des mandales et des tartes dans la tronche, il n'y avait absolument rien de mieux pour se sentir vivant. Elle croyait vraiment que j'allais lui opposer un refus ? Maintenant qu'elle me l'avait demandé, elle n'aurait plus aucun moyen de s'en sortir, elle allait morfler. Avec un œil presque brillant de joie, montrant presque l'erreur qu'elle avait faite en me demandant cette faveur, j'étais venu lui répondre, pour l'inviter à me suivre dans les quartiers de la Dizième Division.

« Un entraînement ? Et bien, pourquoi pas, j'accepte avec plaisir, cela me permettra de me détendre un peu. Si vous voulez bien me suivre vers les quartiers de la Dizième Division ? Nous aurons le terrain d'entraînement juste pour nous.

Je fis alors quelque pas, avant d'utiliser mon Shunpo pour pouvoir me déplacer bien plus rapidement et efficacement. Quitte à l'entraîner, autant tout renforcer... Le jeu de jambes entre autres, qui pouvait sauver une vie. La bagarre, ça renforçait les liens !
avatar

Energie Spirituelle
Lettre: G
Pouvoir: Nahagata Mitsutake
Inventaire:
Capitaine de la 10ème division
Capitaine de la 10ème division
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 27
Date d'inscription : 09/02/2014
Age : 19
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [Dans les rues] Cherchons le Respect - ft. Shifu. Mer 8 Juin - 13:14
Deux débuts en S et deux fins en U773 mots ▬ dialogue en #FF6699
Cherchons le Respect

À la réaction du capitaine que tu as abordé, tu te rends progressivement compte qu'avoir demandé un entraînement n'était peut-être pas la meilleure des idées. Oh oui, tu vas passer à la casserole, ça ne fait pas l'ombre d'un doute. Sa réponse orale est bien plus posée que la lueur que tu as pu apercevoir, tu aurais même cru qu'il s'agissait d'une autre personne, ou bien d'un enfant pressé qu'on lui donne un jouet. Sauf que le jouet en question, c'est toi. Sans que tu puisses répliquer quoi que ce soit – notamment le fait que ce n'est pas une bonne idée – tu le vois partir à l'aide d'un shunpo. Décidément, tu n'as plus le choix. Tu pourrais très bien en profiter pour t'en aller discrètement, mais tu ne le fais pas ; il pourrait y avoir des représailles par la suite, et tu n'es pas assez bête pour tenter le diable. Te mettant au plus à ton aise avec Shouken no Erimaki, pour ne pas qu'il puisse te faire tomber lors de ta course, tu attends quelques secondes avant de le suivre à vive allure.

Pendant que tu le suis – il est plus rapide que toi sans pour autant trop te distancer, tu n'as pas vraiment de mal à prendre le rythme – tu réfléchis à ce qu'il a pu te dire sur sa relation avec son zanpakuto. Mitsutake aurait donc senti les efforts de son manieur ? Tu en fais pourtant, toi aussi, pour communiquer, mais ce n'est donc probablement pas ça que l'homme au ruban souhaite. Ses envies, ses désirs... Tout ça te semble flou. Tu sais qu'il aime se battre à tes côtés, puisque c'est vraiment le point sur lequel vous arrivez toujours à un point d'entente, mais, excepté ça, tu ne sais pas grand chose, et c'est maintenant que tu t'en rends compte. Qu'est-ce qu'il peut bien te cacher qu'il aimerait que tu trouves ? Pour mieux le maîtriser du coup ? Tu arrives déjà très bien à te servir de lui, mais cette discussion te fait penser qu'il y a autre chose que tu n'as pas encore vu, et qu'il faut que tu voies. L'entraînement avec le capitaine de la dixième division n'est – et tu en es sûre – pas une bonne idée pour toi, mais elle l'est peut-être pour vous.

Arrivant aux quartiers de la division de Shifu-san, tu t'arrêtes à l'entrée. Tu ne considères pas avoir le droit d'entrer plus loin seule – tu parles mal, certes, mais pas au point de manquer de respect. Bien évidemment, l'autre concerné est déjà présent, puisqu'il te devançait. Tu attends un quelconque signal t'autorisant à entrer, mais surtout, tu restes méfiante. Il pourrait t'attaquer n'importe quand. Par conséquent, tu fais flotter Shouken-kun autour de toi, te créant ainsi une petite barrière suffisante à n'importe qui essaierait te le toucher. Heureusement pour toi, tu ne penses pas que le capitaine soit en mesure de faire ce qu'il faut pour s'immuniser aux effets de ton shikai. Simplement, s'il venait à comprendre l'astuce qu'il y a derrière, tu aurais presque perdu d'avance. Tu n'es pas du genre à user de ton zanpakuto au combat, sauf en cas d'extrême nécessité, tu te contentes du kido en général.

Cependant, le cas présent est une extrême nécessité.

« A vous l'honneur, j'entre pas chez les gens si on m'invite pas à le faire. »

Selon les coutumes des humains, on appelle ça être un vampire, Setsu. Et, bien que tu ne craignes ni le soleil, ni l'ail, ton rapport au sang reste tout de même important. Disons que ton travail est assez salissant. Il n'est pas rare de voir un shinigami revenir maculé de rouge, et tu en as déjà fait l'expérience. Tu n'as pas besoin d'en boire pour vivre, mais ta vie se résume à en verser, quelque part. Quelle triste destinée, même si tu ne vois pas les choses de cette manière : pour toi, c'est nécessaire, il faut éradiquer quelque chose pour en sauver une autre. Sinon, la balance serait déséquilibrée, et tu ne veux pas que ce soit le cas. C'est en ce sens que tu aimes ce que tu fais. Malgré tous les soucis que ça peut apporter, y compris les combats à mort.

« Vous avez l'intention de laisser des spectateurs au fait ? Parce que déjà que ma seule pression puisse faire peur, alors imaginez que ça soit couplé à la votre. J'ai pas envie qu'on m'accuse d'envoyer des pauvres shinigamis sans talent à la quatrième division. »

Ton jugement est strict, envers les non siégés. C'est sûrement ce qui te rend juste.



Don't worry, I'm just lying.

Mademoiselle Setsu parle en #FF6699
Merci à Shiro pour ce joli avatar ♥
avatar

Energie Spirituelle
Lettre: I
Pouvoir: Un ruban trop long
Inventaire:
Vice-capitaine de la 5ème division
Vice-capitaine de la 5ème division
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 350
Date d'inscription : 26/03/2016
Age : 23
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [Dans les rues] Cherchons le Respect - ft. Shifu. Dim 24 Juil - 15:34

Elle venait de sceller son destin. Un entraînement avec moi ? J'allais forcer son Zanpakuto à dévoiler sa forme la plus puissante... Et, accessoirement, j'allais pouvoir m'amuser un peu. J'avais de très bons soldats sous mes ordres, mais rien ne valait un véritable combat singulier, entre deux guerriers, lame contre lame, avec de la sueur et du sang. N'étions-nous pas des Shinigamis ? Hors, les combats singuliers étaient très rares, dans la mesure où, pour un combat équitable, je devais souvent me battre contre plusieurs dieux de la mort à la fois. Certes, il y avait bien mes passes avec Cal, mon vice-capitaine, mais je ne pouvais pas compter que sur lui. La diversité pouvait-elle aussi empêcher de s'engourdir. Quel ne fut donc pas mon engouement lorsqu'elle se proposa pour que je l'entraîne. Il s'agissait d'une très grosse erreur, certes, il ne fallait pas le cacher, et je n'étais pas du genre à retenir mes coups, et elle semblait très bien l'avoir compris. Même les soldats de ma Division craignaient ces entraînements où je n'avais aucun sens de la retenue, et où, même à plusieurs, ils finissaient dans un mauvais état... Mais la différence avec eux, c'était qu'elle, n'avait pas connaissance de ma manière de procéder. Et elle allait la découvrir clairement à ses dépens.

Utilisant mon Shunpo pour me déplacer et ainsi rejoindre la caserne, je commençais déjà à l'observer et à l'analyser. En soit, si elle arrivait à me suivre, c'était qu'elle n'avait pas un si mauvais jeu de jambes que ça. C'était tout ce que je pouvais espérer de la part d'une vice-capitaine. Il ne suffisait plus qu'à jauger ses autres capacités maintenant ! Après une course, ou du moins presque, nous arrivâmes enfin aux portes de la caserne. Arrêtant ma course folle, je finis par marcher tranquillement pour passer l'entrée. Les soldats qui se trouvaient là en profitèrent pour me saluer, moi et la nouvelle arrivée, et, à leur vue, une idée espiègle germa dans mon esprit, une idée parfaite. Mais avant, je remarquai que le vice-capitaine Fuuizumi était restée aux portes, refusant d'entrer sans y être conviée. Sauf qu'elle y avait déjà été, au moment même où je l'avais proposé de subir mon entraînement ! Mais soit, je ne pouvais pas la blâmer, bien qu'elle n'eût rien à craindre tant que l'on voyait qu'elle était avec moi. Ainsi, je lui fis un geste de la main pour me rejoindre en lui disant de faire comme chez elle. Elle était une vice-capitaine, rien ne lui arriverait, dans la mesure où tout le monde ici lui devait le respect dû à son rang. D'ailleurs, elle était venue me demander si j'avais l'intention de laisser des spectateurs... Elle ne me connaissait vraiment pas. Bien que ses intentions soient louables, j'allais clairement transformer notre entraînement en exhibition. Quand elle évoqua cela, un grand sourire s'élargit sur mon visage, le sourire auquel il ne fallait clairement pas faire confiance. Elle n'avait pas à s'inquiéter, je savais gérer ma pression spirituelle, et j'avais d'autre méthode dans la poche pour éviter de blesser les spectateurs. Mais il fallait bien la motiver, voire même ajouter une certaine dose de pression, non ?

« Des spectateurs ? Mais voyons, nous allons faire cela dans les coutumes de la Dixième division ! » Lui avais-je d'abord dit, avant de me retourner, pour faire face aux soldats qui transitaient par là. « Mes amis, aujourd'hui, l'heure est à la détente. Un duel entre la vice-capitaine de la Cinquième Division et moi est organisé sur le terrain d'entraînement. Je veux des kidoistes pour dresser une barrière solide et en faire une véritable arène, le jeu en vaudra la chandelle. La barrière doit être assez solide pour résister aux fluctuations de pression spirituelle. Je compte sur vous ! Et vous savez où nous trouver pour profiter du spectacle. »

Je m'étais ensuite retourné vers la jeune demoiselle, avec un simple « Et voilà » à lui adresser, accompagné d'un magnifique sourire. Elle pouvait déjà remarquer que je n'étais plus vraiment le même une fois qu'il s'agissait de baston : je devenais un vrai gamin. Il devait s'agir d'un entraînement, j'allais en faire en spectacle. J'avais confiance en les kidoistes qui pouvaient composer ma division, grâce à eux, elle aurait le combat qu'elle voulait pour l'aider à atteindre son Bankai. Et c'était d'ailleurs pour cette raison que je ne comptais pas me retenir. Ainsi, je l'accompagnai vers le fameux terrain d'entraînement. Un espace assez large pour pouvoir se défouler, avec de belles barrières déjà dressées. Il s'agissait d'une simple lieu pour les simulations de manœuvres militaires et les entraînements des soldats, mais pour aujourd'hui, j'en avais fait une arène. Mais pour chance pour elle, il ne s'agirait pas d'un duel à mort ! J'avais pensé que le meilleur à faire pour qu'elle puisse faire réagir son Zanpakuto était de la mettre dans une véritable situation, avec assez de pression et de stress. Et s'il n'y en avait pas assez, mes coups en apporteraient ! J'appelais cela la culture du spectacle. Elle allait devoir trouver un juste-milieu pour me faire face, mais aussi pour ne pas blesser les spectateurs. En effet, j'avais beau avoir confiance en mes soldats, rien n'était certain pour ces barrières. Quand bien même je savais gérer mes afflux de pression spirituelle pour ne pas heurter les murs de Kido, rien ne garantissait leur intégrité... Oh et puis, ce n'était pas cela qui allait nous empêcher de nous battre.

« En garde maintenant. C'est là que la fête commence. Les barrières devraient tenir. On va donner un coup de fouet à ce Bankai, j'espère que vous savez tenir le rythme. »

Et comme pour mêler l'action à la parole, je n'avais pas tardé à enlever mon Haori blanc de mes épaules pour soigneusement le poser sur un rocher, avant d'échauffer légèrement mes articulations. Cela faisait longtemps que je ne m'étais pas donné à fond contre un haut gradé. Parce que oui, j'allais me donner à fond. Enfin, peut-être pas y aller de tout mon niveau de capitaine contre une Vice-Capitaine, mais je n'allais quand même pas me retenir outrancièrement. Si elle n'était pas vive, elle allait le sentir passer. Et pour cause, je ne comptais pas sortir mon sabre tout de suite. Un vrai guerrier devait savoir utiliser tout ce qu'il avait pour se battre, et, dommage pour elle, j'étais aussi bon en Hakuda qu'en Zanjutsu... Elle allait peut-être le sentir passer. Ainsi, ayant posé mon vêtement plus loin, je m'étais lentement retourné dans sa direction, avec cette fois-ci un visage exprimant une concentration et un sérieux qu'elle n'avait pas déjà vu depuis le début de notre interlude. Sauf une chose me trahissait : mon regard. Une nouvelle fois, celui-ci étincelait de mille feux. C'est l'appel du combat. Et lorsque je m'apprêtais à me battre, au fond, je ne pouvais rester pleinement et entièrement sérieux. Cependant, la période de calme ne dura pas. Après m'être retourné pour la regarder droit dans les yeux, j'avais simplement disparu, utilisant alors mon Shunpo. Je ne me déplaçais peut-être pas aussi rapidement que les forces de l'Onmitsukido, et je n'avais pas les frappes aussi acérées que ses membres, mais j'avais tout de même su faire de ces deux maîtrises un atout. J'étais donc réapparu à hauteur de la demoiselle, en détente, et m'apprêtant à frapper son épaule d'un puissant coup, dans la seule optique de tester ses réflexes.
avatar

Energie Spirituelle
Lettre: G
Pouvoir: Nahagata Mitsutake
Inventaire:
Capitaine de la 10ème division
Capitaine de la 10ème division
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 27
Date d'inscription : 09/02/2014
Age : 19
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [Dans les rues] Cherchons le Respect - ft. Shifu.
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
[Dans les rues] Cherchons le Respect - ft. Shifu.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Le canada dit à Martelly : enlever les fatras dans les rues de PAP
» Defi pour futurs maires: les marches publics dans les rues
» Missions diplomatiques dans l'eau chaude !
» Dans les rues de Pré-Au-Lard
» Promenade dans les rues

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bleach : Kyoukai no Kanata :: Constance :: La Soul Society :: Seireitei :: Quartiers des divisions-
Sauter vers: